fren
  Se connecter   Inscription

Nous sommes +23 000 professionnels du BIM !

Rejoignez-nous >
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


  lundi 14 juin 2021
  5 Replies
  305 Visits
  Subscribe
Bonjour,

Je souhaite remettre sur la table un sujet qui à ma connaissance commence à dater, dans l'espoir que quelqu'un ait trouvé une solution alternative. La question est la suivante :

Comment modéliser un garde-corps selon un trajet variant en altimétrie, sans pour autant avoir à l'associer à un hôte ?


La modélisation de garde-corps dans Revit se fait sur la base du tracé de sa trajectoire. Plusieurs possibilités s'offre alors à nous, tracer cette trajectoire sur un niveau et le laisser sur ce niveau, ou l'associer ensuite à un hôte de type rampe, escalier, sol ou mur.

En BIM, les garde-corps sont souvent disposés au-dessus de ces types d'hôtes, mais en CIM il est très courant que les garde-corps soient directement disposés sur la topographie, d'autant qu'il est pratique de se servir de la fonction "garde-corps" pour modéliser des clôtures.

L'une des solutions que j'utilise pour l'instant est de tracer un mur le plus fin possible, que je découpe selon le chemin que je souhaite faire prendre à mon garde-corps. Le problème de cette solution, c'est que le mur existe réellement dans la maquette (Il apparaît dans les nomenclatures, a un linéaire, etc.). Ce n'est donc pas juste au sens du BIM. Il est possible de définir des paramètres pour ne pas considérer ces murs lors de l'utilisation des nomenclatures, mais ça reste tout de même du bricolage.

Est-ce que quelqu'un aurait une solution pour résoudre ce problème ?
Merci.
il y a plus d'un mois
·
#16606
0
Votes
Annuler
Votre message se noie dans une certaine confusion, qui perd le sens véritable de votre demande.

Je vais donc partir du principe que la vraie question est la suivante (bien sûr, si j'ai mal compris, je vous invite à le préciser et j'adapterai ma réponse en fonction de cela) :

Comment puis-je modéliser un garde-corps qui suit la topographie, dans le logiciel Revit ?

D'abord, une précision : Revit est prévu pour générer un garde-corps à altimétrie variable GRACE aux hôtes.

La réponse est alors simple :

Modélisez la topographie puis utilisez-la comme hôte de garde-corps !

Procédure (au cas où) :
1°) Modélisez la surface topographique
2°) Placez-vous dans une vue où la surface topographique est visible (même juste un peu)
3°) Activez la fonction Garde-corps - Esquisser la trajectoire
4°) Dans l'onglet Modifier | Créer une trajectoire pour le garde-corps, cliquez sur Choisir un nouvel hôte puis cliquez sur la surface topographique
5°) Tracez le garde-corps et validez
il y a plus d'un mois
·
#16610
0
Votes
Annuler
Je ne pensais pas que l'on pouvait utiliser une topographie Revit comme hôte pour un garde-corps. C'est un début de solution intéressant, merci.

Néanmoins, la vraie question reste bien celle indiquée dans mon post, soit, la création d'un trajet de garde-corps, dont l'altimétrie varie, sans pour autant avoir besoin d'associer le garde-corps à un hôte.

En effet, cette solution fonctionne si la topographie est modélisée sur Revit, mais dans mon cas, la topographie est généré en dehors de Revit, puis utilisé en tant que lien IFC dans la maquette.

Si ce lien est attaché à la maquette, la topographie devient alors pour Revit un "site in-situ", qui ne peut pas être utilisé en tant que hôte de garde-corps.
il y a plus d'un mois
·
#16626
0
Votes
Annuler
Bonsoir

Tu trouveras peut-être ton bonheur sur cette vidéo, vers la minute 48, avec un script dynamo. Ce dernier est davantage décrit .



@ plus
il y a plus d'un mois
·
#16630
0
Votes
Annuler
Merci @Francis L'Haridon, je désespérais de retrouver un jour ce billet de blog et la vidéo idoine ! (quand on se sait pas expliquer ce qu'on cherche à un moteur de recherche, on n'est pas près de trouver ;) )

la vraie question reste bien celle indiquée dans mon post, soit, la création d'un trajet de garde-corps, dont l'altimétrie varie, sans pour autant avoir besoin d'associer le garde-corps à un hôte.

Comme je l'ai précisé, à demi-mots certes, un modèle Revit nécessite obligatoirement un hôte pour réaliser ce travail, pour peu que vous souhaitiez modéliser un garde-corps à l'aide des familles systèmes classiques (cf. solution 2), car il n'est pas possible de modifier manuellement l'altimétrie de chacun de leurs montants comme bon nous semble.


Solution 1 - Reconstruire la topo dans Revit comme solution courante

A titre personnel, c'est de loin la solution que je privilégie pour bien des raisons : praticité, rapidité, BIMité (oui, ça se dit dans mon bureau où nous sommes que moi à travailler :D )

Si vous pouvez récupérer la surface topo en IFC, c'est qu'elle a été générée en 3D, depuis un autre logiciel (merci Captain Obvious !)
S'il s'agit d'un logiciel métier dédié (Civil 3D, Covadis etc.), alors il est tout à fait possible de récupérer les coordonnées de la topo sous forme de fichier de coordonnées de points en CSV. Et dans tous les cas, que la topo originale provienne d'un tel logiciel ou d'un autre logiciel architectural tel Archicad, il vous sera possible de demander directement un DWG 3D.

Ensuite, fort de ces fichiers d'échange, vous pourrez exploiter les fonctions de topographie natives de Revit, qui permettent de recréer rapidement et simplement une surface topographique à partir d'un de ces deux formats.

Des compléments comme l'ancien Site designer ou le plus récent Environnement peuvent vous offrir encore davantage de possibilités (import de LandXML par exemple, fonctionnalités avancées de modélisation d'éléments topographiques, etc.)


Solution 2 - Les composants adaptatifs comme solution totalement indépendante

Une autre approche consisterait à créer des garde-corps à l'aide de familles de composants adaptatifs.
Démarrez une nouvelle famille depuis le gabarit de famille "Modèle générique métrique (adaptatif).rft", et instruisez-y l'intelligence nécessaire, les paramètres requis pour modéliser les segments linéaires de vos garde-corps. Vous pouvez être amené à créer une seconde famille sur le même principe pour gérer les angles et/ou terminaisons de garde-corps (changement de direction).
N'oubliez pas d'affecter la bonne catégorie de famille pour assurer la cohérence du classement de vos objets.

C'est une approche qui vous donne la possibilité, par le biais de familles chargeables, de gérer l'altimétrie montant par montant de vos gardes corps.

Cependant, cette solution présente l'inconvénient de devoir placer manuellement une grande quantité de familles dans le modèle, sans lien logique entre chacune d'elle.
De plus, désirez changer la structure du garde corps, et c'est toute la famille qu'il faut recréer.


Solution 3 - Dynamo comme challenger

Le script Dynamo peut donc être un palliatif à ces contraintes, mais comme vous pouvez le pressentir sur la vidéo et/ou le billet de blog, cette solution ne permet pas pour autant de se passer d'un hôte, ou en tout cas, d'un objet qui s'en rapproche. Si tant est qu'il soit toujours possible de garantir un résultat pertinent avec une surface topo IFC pas toujours très propre (pour info, l'exemple du blog/vidéo est réalisé à partir d'une topo native de Revit).

Et il reste encore du chemin à faire pour modéliser tous les éléments constituant le garde-corps et composer avec la gestion des connexions dans les angles/changements de direction. Sans compter que, si vous souhaitez en changer l'aspect, la forme, les éléments et leurs répartitions, vous aurez à reprendre le script Dynamo systématiquement (ou créer un script par type de garde-corps, à l'instar des composants adaptatifs).

Enfin, le script joue avec des objets individuels et non une famille de garde-corps système "all inclusive". il vous faudra donc être vigilant quant au renseignement des catégories de famille et classes IFC/Uniformat etc. si vous devez vous inscrire dans une base de données informationnelle structurée.


Solution 2.3 - Composants adaptatifs + Dynamo

Reste alors la possibilité, sur la base d'un tel script, de placer non pas des objets individuels, mais des familles paramétriques adaptatives, comme évoqué en solution 2.

Cela ne résolvant cependant pas la contrainte de créer autant de familles que nécessaire, la modification intempestive du script et la capacité à placer les montants le long d'objets IFC.


Conclusion et ouverture sur l'esprit du BIM

Je terminerais ma (encore trop) longue réponse en ouvrant le sujet, comme pour faire écho à votre phrase d'ouverture du début du premier message :

La relation qui unit l'écosystème des objets et des logiciels dits "BIM" est bien plus complexe qu'une simple notion de succession de modélisations 3D et de bases de données, toutes indépendantes les unes des autres :

- Interne à un même logiciel, au-delà de la facilité de mise en place, la notion d'hôte crée un lien "physique" entre deux objets, informant le logiciel de la contrainte qui unit deux objets.

Cela facilite les mises à jour en cas de modification apportée au projet. En effet et pour l'exemple, il est plus facile et rapide de choisir une surface topographique nouvelle ou modifiée pour mettre à jour l'altimétrie d'un garde-corps, plutôt que de devoir modifier manuellement l'altimétrie de plusieurs dizaines, voire centaines de montants, manuellement.

- Au travers de formats interopérables comme l'IFC, ces relations restent parfois explicites, informant l'exploitant de la maquette et son logiciel métier duquel des deux objets dépend l'autre et de quelle manière il en dépend.

Cela permet entre autre de reconstruire, dans un second logiciel, les connexions entre ces deux objets. Ainsi Revit saura générer une ouverture dans un mur au niveau de l'insertion d'une fenêtre ET dépendante de la fenêtre, cette même fenêtre ayant généré un vide aux dimensions connues dans le fichier IFC, lors de l'export depuis Archicad, par exemple.

- Dans le cadre de la collaboration inter-logicielle, cette relation et l'ensemble du spectre des normes, méthodes et procédures de travail collaboratif appliqués au BIM définissent des buts et des cadres d'usage très précis pour chaque logiciel.
Ainsi, il devient normal de modéliser l'intérieur d'un bâtiment, voire certaines infrastructures dans Revit ou Archicad, là où Civil 3D ou Covadis seront appelés pour un travail de VRD, de Génie Civil, ou toute tâche de modélisation des parties extérieures.

Le nouveau flux de travail Autodesk n'est d'ailleurs pas pensé autrement, Site Designer ayant disparu au profit de la fonction Lier la topographie, qui permet de récupérer directement dans Revit une topographie issue de Civil 3D.

Ainsi, il ne s'agit pas de vouloir modéliser "à l'ancienne sur de nouveaux logiciels", mais bien de devoir changer notre approche de la conception numérique des ouvrages.
il y a plus d'un mois
·
#16640
0
Votes
Annuler
Tout d'abord, merci beaucoup pour cette réponse très détaillée. :)

La solution 1 est en effet celle que j'utilisais en grande majorité auparavant. Je l'ai malheureusement abandonnée, car Revit ne permet pas de considérer les lignes de ruptures de pente pour la modélisation de topographies (sauf erreur de ma part ou si la fonctionnalité a été rajoutée dans les nouvelles versions de Revit et que je ne m'en suis pas aperçu). Il ne se base que sur des points, ce qui, dans beaucoup de contextes (CIM notamment) est très problématique.

Les solutions 2 et 2.3 ne me satisfont pas du fait de leur manque d’adaptabilité et par conséquent du temps de travail, non automatisable, que cela risque d’engendrer en plus. Je préfère encore utiliser un mur « artificiel » pour construire mon trajet de garde-corps, quitte à devoir l’identifier à l’aide d’un paramètre dédié et à perdre en « BIMité » ^^.

Je vais me pencher plus en détail sur la solution 3. Peut-être que je pourrais en tirer quelque chose d’intéressant. Merci pour votre aide.

Sinon, je comprends bien évidemment l’intérêt des relations entre les éléments et des possibilités que nous offrent le fait de pouvoir utiliser des éléments en qu’hôtes. Néanmoins, comme toute solution « trop orientée », celle-ci est loin de satisfaire tous les cas de figure, notamment pour des domaines qui se détachent de l’usage initial de Revit, à savoir « la modélisation de bâtiments en phase projet ».
Ceci étant, je pourrais effectivement réaliser mes projets sur civil 3D, mais ce logiciel ne me satisfait pas non plus sur d’autres aspects.

La fonction "lier une topographie" pourrait aussi être une solution intéressante, à condition que Revit respecte les ruptures de pente à l’import. Je la testerai également.
Cette discussion ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


Découvrez les services Hexabim

recrutement

Recrutement

En savoir plus

Publicité

Publicité

En savoir plus

communication

Communication

En savoir plus

Hexabim

Se connecter

Le Cron démarre