Connexion   Inscription

Questions & Réponses

  mercredi 24 juin 2015
  16 réponses
  4.7K vues
  Suivre cette discussion
J'ai posté cette question dans le groupe "thermique et BIM" mais du coup je n'ai eu de réponses que de thermiciens et pas de réponses d'architectes.
Je repose donc ma question ici :

Dans un projet BIM comment gérez vous la description du type de parois ?

Qui renseigne sur la maquette les caractéristiques des parois ? L'architecte ou le bureau d'étude qui fait les calculs thermiques ?

Et est ce que les IFC conservent correctement les différentes caractéristiques des parois ?
il y a environ 7 ans
·
#928
0
Votes
Annuler
Normalement c'est le bureau d'étude qui doit faire les calculs thermiques. Les IFC conservent parfaitement les données techniques. Par contre ça dépend avec quel logiciel plate-forme tu l'ouvres et avec quel logiciel plate-forme les parois ont été créées et détaillées.
il y a environ 7 ans
·
#951
0
Votes
Annuler
Dans allplan on peut intégrer des attributs standadrdisés, ce qui permet d'être certain de les retrouver apres export IFC.
Pour un bureau d'études béton armé, ce qui est important c'est l'attribut LOADBEARING (vrai ou faux).
Nous intégrons aussi les types de béton.
il y a environ 7 ans
·
#965
0
Votes
Annuler
C'est le BE qui détermine le bon mix et en fait part au concepteur qui peut l'intégrer dans la maquette ou bien si l'architecte est capable d'importer et d'exporter en IFC on peut y arriver. La grande difficulté c'est les exportations suivant les logiciels des uns et des autres. Il faut être précis au niveau du type d'ifc ....en pratique jusqu'à maintenant je n'ai pas encore réussi à obtenir un IFC utilisable et encore moins un gbXML.

Bien souvent je redessine le bâtiment avec SketchUp pro et je peux exporter en gbXML ou bien en IFC. Idem pour l'importation. Le thermicien n'est pas trop gourmand d'information :-)
il y a environ 7 ans
·
#1019
0
Votes
Annuler
Bonjour,
Pour avoir réalisé des échanges avec CypeCad, les attributs n'ont aucune importance. Seul le type d'objet ifc utilisé est important. Le Nombre de couches n'ai pas d'incidence non plus. C'est lors de l'import ifc que les compositions sont définies. Je vous invite à regarder le site web de CypeCad pour consulter leurs protocoles d'échanges.
il y a environ 7 ans
·
#1025
0
Votes
Annuler
Bonjour Jean-Yves,

Non-opstant l'import/ export des IFC ou autres types de nomenclature de fichier de partage, ce qui est réellement important c'est "l'origine" et la "constitution intégré" dans les "familles complexes" (entités) provenant d'architectes.

Si l'architecte dit faire du BIM, il saura ce qu'il doit intégré et comment il doit le "ficher" (le sauvegarder selon protocoles du logiciel plateforme choisit), protocoles d'échange du log IFC catégoriser en tant que fichier "d'origine/ en provenance du logiciel plateforme, où le mur par exemple, a été créer. Ensuite, on le transfert avec les options de commandes incluses destiné au échanges d'éléments finis dans le logiciel plateforme, soient Rhino, CYPEcad, Revit, Navisworks etc... C'est ce qui défini le type d'object IFC ou un gbXML ou autres voiex d'échange interopérable.

Bien que certains ne soient pas friands d'information technique, on ne peu passer à côté, car c'est ce qui détermine si ton, mur disons, à le bon encodage pour avoir le droit de passer. Y'a des fois où l'on ne s'en sauve pas du travail minutieux. De plus, c'est des éléments qui peuvent être inclus dans des gabarit de projet, c'est à dire gabarit complet (comprenant l'architecture, le climatique et la structure), ainsi les options d'import/ export ne seront plus à refaire chaque fois.

:)
il y a environ 7 ans
·
#1090
0
Votes
Annuler
Merci pour ces précisions, mais mes expériences récentes sont assez médiocres. Les architectes ne sont pas capables pour la plupart d'exporter des IFC correctement. Ils ne connaissent pas soit le sujet, soit les capacités de leur logiciel...en tant que BET, je remarque que la plupart de mes confrères n'en sont pas du tout à ce point également. Le Bim c'est aujourd'hui le monopole des grosses structures. Depuis quelques années j'utilise le gbXML qui est très suffisant mais mes architectes qui ont ArchiCAD ou Revit ne savent même pas qu'ils peuvent l'exporter :-) ce qui fait que je gagne mon temps à dessiner une maquette avec SketchUp Pro et à exporter en gbXML ou IFC pour mon logiciel d'analyse thermique. J'étais récemment à une journée d'information BIM et la plupart des gens présents avaient l'opinion suivante : ce ne sera pas en place avant que je parte en retraite (vu que la plupart avait la quarantaine, je pense qu'ils vont avoir des surprises :-)...les vendeurs de software sont plutôt en train de nous inciter à nous équiper de logiciel type ArchiCAD pour recevoir le fichier ArchiCAD et faire nos IFC chez nous, c'est dire :-)

Et tout cela ne doit pas cacher que la plupart des cabinets ne sont pas actuellement équipés en logiciel BIM...
il y a environ 7 ans
·
#1107
0
Votes
Annuler
Bonjour Jean-Yves,

Bien-sûr la plupart des architectes ont de la difficulté à effectuer des manœuvres techniques avec des logiciels, car ils n'ont pas été formé avec ces outils informatiques destinés aux bâtiment, infrastructure etc...

Il est établi que les établissements d'ingénierie sont un peu plus proactif dans le fait de solliciter l'utilisation de ces types de logiciels qui amène la conception à un autre niveau. Par contre, il en tient qu'a nous de cogner aux portes des bureaux d'architectes et de leur présenter des solutions, d'utiliser des moyens comme donner des formations dans un rassemblement neutre comme le BIM World qui a eu lieu en France et de profiter de ces rassemblements afin de les familiariser avec ces outils avec lesquels ils peuvent réaliser plus rapidement leurs créations.

Il serait sage de leur montrer comment ils peuvent y arriver, plutôt que renchérir sur leurs difficultés; au Québec/ Canada c'est la même chose, mais j'ai entrepris de les aider et en bout de ligne on y gagne tous ! Moi je ne peux pas réaliser l'architecture à tout coup, il me fat travailler avec des architectes qui peuvent se prévaloir d'une grosse part du travail en étant capable de réaliser des mandats en sachant exporter/ importer etc... Donc, s'ils ne sont pas équiper, il y a des outils de base qui peuvent être achetés avec certains modules de base afin de réaliser des merveille d'architecture et en plus, il y a des logiciels qui sont compatible avec tout ! Pour le reste il y a des logiciels qui servent de plateforme pour passer de fichiers à certains autres types très différents.

Si ça vous intéresse de savoir selon la discipline que vous œuvrez, quel est le bon KIT de départ pour des bureaux qui veulent démarrer, alors demandez moi utilisation des processus et des interrogez ceux qui ont réussis à implanter le BIM avec succès.

Il ne faut pas oublié que le choix des outils est en fonction des types de projets que la boîte a; c'est à dire selon les principes et processus de gestion que la boîte utilise dans la réalisation complète de projets: les logiciels, modules et sous-modules ne peuvent pas être choisit au hasard et ne peuvent pas être choisit parce que tout le monde les utilise... Mais plutôt, parce que c'est ce qui convient à votre modèle d'affaire; modèle d.affaire qui a été réviser selon l'utilisation des processus et des protocoles BIM que l'on souhaite mettre de l'avant comme nouveau service offert !

Et, le gbXML est de base, alors il vous sera facile de montrer comment se fait l'utilisation aux architectes avec qui vous travaillez ;) !!
il y a environ 7 ans
·
#1109
0
Votes
Annuler
P.S,

J'ajouterais ceci :
La pensée réfractaire de dire : que le tout ne sera pas en place d'ici leur retraite est une phrase de découragement et d'abandon, venant de ces gens...

Les visionnaires, les proactifs, les passionnés, ceux qui passent à l'action quoi, sont bien en avant de leur temps, certes, mais ils arrivent à mettre le tout sur pied en quelques années sans plus ! 2-3 ans selon la rapidité d'apprentissage des employés est nécessaire à l'implantation. La qualité de la formation donnée par les autodidactes est primordiale et c'est ce qui fait toute la différence !

C'est de la façon dont on s'y prend qui peut être mauvaise et bien certainement à ceux-là rien ne réussira...

Donc, pour l'avoir fait et même être une des pionnière à se militer pour les bonnes pratiques et utilisations du BIM et de la BEM, je peux vous suggérer plus de bons trucs qu'il ne vous en faudra afin de semer les connaissances autour de vous ;) !!

Aucunes embûches n'est vraie et n'a de sens, car il y a toujours LA bonne méthode de s'y prendre lorsqu'on veut que le BIM réussis :) J'ai prouvé le contraire à ma firme... J'ai réussis à sensibilisé des architectes et donner des formations... Ce n'est pas difficile et ce n'est pas plus long à faire que les anciens modelés d'affaire d’entreprise qui sont maintenant désuets et corporatifs.
il y a environ 7 ans
·
#1126
0
Votes
Annuler
Bonjour,
Je pense que vos différents postes apportent des réponses pertinentes aux interrogations de David et ouvrent aussi le champs à d’autres…la traduction et l’interprétation des caractéristiques thermique des parois (ou autres compostants) dépend bien souvent du logiciel de calcul thermique utilisé.
Ayant expérimenté la majorité des logiciels de calcul thermique règlementaire certifiés par le CSTB, je me suis vite rendu compte qu’aucun des logiciels n’était vraiment abouti en termes d’interopérabilité et cela quel que soit le format d’échange utilisé (IFC, gbXML, NDBM). Les transferts de maquette numérique vers ces logiciels nécessite systématiquement des ressaisies généralement aussi fastidieuses que de re-modéliser le projet entièrement (sachant que les calculs thermiques ne nécessitent pas beaucoup de détails). L’alternative adoptée dans notre BET a été celle d’échanger au format natif du logiciel de calcul thermique via un Plug-in présent directement dans Revit, cette solution est opérationnelle mais nous limite à l’utilisation de Revit…
il y a environ 7 ans
·
#1127
0
Votes
Annuler
Récemment j'ai eu un immeuble tertiaire pour réaliser un audit. Avec les plans papier d'époque la meilleure solution a été de modéliser le bâtiment de 230 personnes sur Sketchup pro et exporter en gbXML et ifc pour le logiciel d'analyse. Cest la méthode que j'utilise au quotidien. On obtient surfaces, volumes et cest dans le logiciel d'analyse que crée les parois et menuiseries. Actuellement peu de logiciels d'analyse importent en ifc. Sinon sketchup Pro peut importer des ifc et gbXML ce qui permet d'apporter des corrections. De plus il est peu gourmand et rapide sans compter son coût. Et beaucoup de très bons logiciels d'études ont des plugins Sketchup.
il y a environ 7 ans
·
#1131
0
Votes
Annuler
Sketch up pro...

Certainement, je dois clarifier quil n'est pas fastidieux de produire des calculs thermiques puisque que je réalise cela, si des trucs sont désirés, alors il me fera le plus gand plaisir de vous donner les démarches scientifiques et techniques concrètes :)

De plus, il est établis que le BIM ne comprend pas sketch up pro ou autre version de cedit logiciel. Cest un logiciel de VDC de modelage pour visualiser la vision de bâtiment.

Le BIM ne comprend pas de logiciel (même s'ils importent des fichiers, ce qui est standard) qui donne forme à une idée, mais le BIM est régi par des logiciels plateforme qui peuvent détailler et inclure un niveau de conception. Pas l'inverse.

Utiliser un logiciel comme sketch up n'est pas mal ! C'est simplement qu'il ne s'agit pas d'un logiciel que l'on peut importer, par exemple, dans un logiciel comme navisworks afin de simuler , entre autre, la construction ainsi que les étapes réelles dû à l'échéancier... Il faut maîtriser et le VDC et le BIM pour comprendre les différences. De plus, maîtriser la BEM vient confirmer et parler d'elle même; lorsqu'on maigrise la BEM complète et multidisciplinaire on comprend ce qui est réalisable et ce qui ne l'est pas.

Bref, le BIM ne réside pas uniquement dans l'import et export de fichiers, cela efaut parti de l'acquis. 'E BIM reside dans la communication de chaque acteurs du BIM et dans le niveau de détail qui lui nous permet d'oriemter le projet vers des outils qui amèneront l'analyse du bâtiment au top en culminant toutes les spécificités que les BET offrent.

Cest un fait et une certitude que l'ont ne peut pas vos rament essayer d épaisseur par des chemin moins coûteux et penser retrouver le même niveau d'expertise, car il n'en est rien. Désormais, les entreprises qui voudront offrir des services spécifiques et techniques, dans l'industrie de la construction, devront réaliser que la planification d'un budget alloué au maintient des technologies est primordial. C'est un fait et ce sera le lot quotidien des firmes d'ingénieurs, architectes et autres... Lorsqu'on desir changer les choses et qu'on veut le faire avec ingéniosité, on ne peut pas toujours croire que des applications gratuites feront l'affaire.

Oui, il existe des plug-in pour tout, mais c'est la conclusion technique qu'offrent les logiciels qui délimite les frontières du BIM vs le VDC :)

Il va de soit que lorsqu'on decide de promouvoir et d'exploiter ces technologies, il faut prévoir de la mémoires, des ordinateurs puissants, des cartes videos de pointe... Oui ! C'est ça qu'implique et nécessite le BIM, il faut en être conscient sinon le bim nest pas pour tous. Personne n'est obligé de s'y plonger, mais ceux qui le veulent sérieusement doivent comprendre quels sont les enjeux monétaires.

Surtout que j'utilise énormément de logiciels et les exploite au maximum. Je comprends que cela peut être facheux lorsqu'on voudrait rendre le tout accessible, mais Cest comme dans tout, ça devient moins cher avec les années, sauf quand quand ces technologies impliquent en plus, d'être mis à jour à chaque annee... Ça c'est le côté marketing, comme dans toutes bonnes choses. Ça ne conteste en rien l'expertise qu'il en résulte.

:)
il y a environ 7 ans
·
#1138
0
Votes
Annuler
Pourquoi un BET utilise SketchUp pro ? Parce que la plupart des clients ne sont pas BIM ou ne savent pas exporter. Le BIM est actuellement déployé au niveau de grosses structures. Dans la très grande majorité des cas, la demande d'étude Thermique réglementaire Et autres études chauffage ou climatisation peut se traiter en gbXML. Les IFC ne sont pas nécessaires. Reste les études les plus intéressantes qui vont faire appel à des software coûteux . Un produit comme IES comporte son modeleur, ses plug-ins SketchUp et revit. Les logiciels de autodesk sont encore orientés us avec des solutions cloud qui publient en anglais...pas terrible pour les clients :-) quant aux éditeurs français c'est limite gbXML ou IFC pas vraiment intégrés. Je pense qu'il y a un travail à faire pour déjà s'échanger des fichiers lisibles compte tenu de la grande diversité des logiciels et éditeurs . Il faudrait que chaque éditeur propose des configurations d'export fiables pour les logiciels des tiers participant. Je pense que la maquette partagée ne sera pas pour demain.
il y a environ 7 ans
·
#1141
0
Votes
Annuler
il y a deux types de logiciels thermiques, les réglementaires qui embarquent le moteur de calcul du CSTB, une boite noire dont on ne sait pas grand chose :-) et les logiciels d'études énergétiques. Le CSTB avait lancé un format d'échange le NDBM qui a fait flop pour la raison simple qui était qu'il y avait un format international existant le gbXML. Enfin le NDBM ne fonctionnait qu'avec deux ou 3 logiciels de calcul...français. Reste donc le gbXML qui est très bien géré par LESOSAI, un logiciel suisse avec des plugins RT2005 et RT2012. SketchUp qui peut importer et exporter des gbXML à l'aide d'un plugin gModeller dans la dernière version de gbXML (ce qui n'est pas le cas de Revit...). Les IFC ne sont pas actuellement réellement prises en compte, sauf peut-être par Climawin puisque son éditeur est dirigeant d'un bidule Bim au niveau national. Dans la pratique il est préférable que le BET fasse sa maquette. Pourquoi ? Parce qu'en France on calcule par les cotations intérieures des bâtiments alors qu'ailleurs c'est par l'extérieur....toujours se méfier, la France a modifié les normes internationales pour une raison inconnue :-)
il y a environ 7 ans
·
#1142
0
Votes
Annuler
Il est utile également d'attirer l'attention sur les outils d'Autodesk qui sont conformes aux règles US d'ASHRAE et donc non conformes aux normes internationales ISO-EN-NF en ce qui nous concerne. Il vaut mieux utiliser la suite IESVE. Il est également conseillé de mener des études énergétiques sans avoir recours au moteur Th-C du CSTB tant ce dernier peut être faux en ce qui concerne les calculs de consommation :-)

Actuellement, il n'y a guère d'outils permettant d'approcher de manière satisfaisante les consommations du fait de l'absence de prise en compte de l'aléa statistique des occupants. Peut-être que le très bon moteur de calcul VIP-Energy en sera capable en 2016, c'est ce moteur qui est en œuvre dans le plugin STAR d'ArchiCAD (hors de France)....

La solution ArchiWizard (française) est prometteuse mais orientée vers les architectes, il semble qu'elle soit en échec à l'heure actuelle.
il y a environ 7 ans
·
#1203
0
Votes
Annuler
Bonjour Jean-Yves,

Bien évidement, le BIM s'effectue selon les normes en viveurs dans les régions qui s'apprêtent à lancer la machine.

J'aimerais que vous me décriviez les problèmes rencontrés, en détails. Quels sont les problèmes avec les outils que vous utilisez et quelles sont vos méthodes de démarrage de projet complètement BIM ?

Je me dis que si ça fonctionne pour moi au Québec, il n'y a pas de raison que ça ne fonctionne pas chez vous. Même si les normes sont différentes, c'est enchaînement des méthodes, des outils au travers les processus de gestion de projet BIM (un processus s'adapte à n'importe quelle norme, c'est un gabarit et il y a plusieurs types de processus BIM).

Il serait très intéressant de pouvoir discuter ensemble sur l'étendue desdites problématiques que vous rencontrez. N'hésitez pas à me faire signe, car ça m'intéresse vraiment beaucoup de savoir ce qui vous bogue sur certains aspects; j'aimerais beaucoup vous aider, si vous le voulez. C'est en partageant qu'on s'ouvre sur de nouveaux horizons.

Le but premier de cette communauté est, entre autre, la variété des méthodes utilisées et de l'aide qu'on y trouve.

Donc, au plaisir de vous reparler Jean-Yves :)
il y a environ 6 ans
·
#1497
0
Votes
Annuler
Bonjour à tous,

j'aimerais vous faire part du retour d'expérience dont j'ai pu profiter à travers les feedbacks d'utilisateurs de Plancal nova, qui propose un outil de modélisation thermique (modèle surfacique) à partir d'un IFC d'archi, en vue de calculs thermiques de toute sorte (RT, apports, déperditions).
- Interpréter un modèle simplifié surfacique à partir de la géométrie d'un IFC architectural est une tâche à part entière. L'archi est "propriétaire" de sa propre maquette, le BET de la sienne, pour des raisons métiers évidentes. Pour un éditeur comme Plancal nova ou Archiwizard, il s'agit de mettre à disposition les outils permettant de rendre ce travail de modélisation par le thermicien le plus efficace (= rapide et réactif) possible. Mais dans l'ensemble, concernant la géométrie, les procédés et schèmes associés sont assez triviaux, et l'IFC est un candidat pertinent pour réaliser ce genre de job.
- Concernant la sémantique en arrière-plan (typologie d'objets, carac. physiques, carac. réglementaires, etc...), un workflow similaire de "récupération et d'interprétation" (voire une bi-directionnalité?), bien que séduisant, pose un certain nombres de questions problématiques:
Comment l'information peut être gérée/synchronisée de manière centralisée?
Qui est compétent respectivement responsable pour quel type de donnée?
Existe-il aujourd'hui des protocoles d'échanges mûrs et éprouvés, comme c'est le cas pour la coordination entre Archi/structure/CVC via IFC, permettant de répondre en pratique à ces 2 questions?

Il est particulièrement intéressant ici de noter que la source fondamentale du problème (données physiques réglementaires etc...) ne diffère guère au fond pas de celle propre à la coordination (données géométriques et fonctionnelles): A partir du moment où l'on accepte que plusieurs "Avatar" d'un même élément (ex: paroi) coesistent sous de facettes différentes (archi, thermique, béton, bois, structure, CVC, etc...), c'est la centralisation et la coordination des modèles partiels qui devient l'enjeu principal!
Cette discussion ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !

Connexion