BI2023

  Connexion   Inscription

Questions & Réponses

  vendredi 3 juin 2016
  8 réponses
  16.3K vues
  Suivre cette discussion
Bonjour,
Je travaille dans un bureau d'études Structure et lorsque nous travaillons avec des architectes sur Revit, nous aimerions qu'ils modélisent leurs murs en 3 murs distincts : 1 mur pour la partie intérieure du complexe, 1 mur pour la structure porteuse et 1 mur pour la partie extérieure du complexe. Ceci afin de pouvoir récupérer très rapidement le mur structurel avec l'outil "copier/contrôler".
Mais cette façon de dessiner ne plait pas aux architectes car ils préférent faire des murs multichouches (1 seul mur avec les différentes couches qui composent le complexe). Un architecte m'a dit qu'il était possible pour nous (en structure) de fractionner ce mur multicouche et donc d'isoler la couche porteuse. Savez-vous si il est réellement possible de faire cette manipulation et si oui comment faut-il procéder?
Par avance Merci de votre aide.
Jérémy THOMY
7 years ago
·
#3976
0
Votes
Undo
Bonjour

effectivement, il est possible d'utiliser l'outil copier/controler avec des murs multicouches SI ces même murs sont bien structurés, càd avec seulement avec l'élément porteur dans la couche principale. Tu copies/colles avec l'axe du porteur en référence.
par contre, je te rejoins sur la façon de modéliser avec 3 couches distinctes (je suis archi et je fais modéliser mes petits bimeurs comme ça à l'agence !) et tes archis devrait faire de même :)

pour info, un post qui décortique le copier/controler :
http://forums.augi.com/showthread.php?162388-Outil-Copier-Contr%C3%B4ler
7 years ago
·
#3979
0
Votes
Undo
Bonjour,

Je rejoins un peu le propos de Walter Monloubou, il est possible de récupérer des murs mutlicouches de la maquette architecturale et d'en faire des murs monocouche, ou, en tout cas, de leur affecter un type de mur correspondant aux dispositions constructives choisies.

Le problème est que les murs sont alignés par rapport à l'axe du mur (l'axe de l'épaisseur totale, et non du porteur). De fait, un décalage entre les deux murs porteurs réels peut survenir. Bien que l'option axe porteur comme ligne de justification existe, elle impose que le mur d'origine soit créé comme il se doit (avec les couches non porteuses en dehors des limites de couches principales)... ce qui n'est pas toujours le cas.

Dans le cadre d'un copier/contrôler depuis un mur mutlicouche, je préconiserais de copier dans votre modèle le mur à l'identique de l'original, puis, une fois closes les fonctions de collaboration, modifier la ligne de justification du mur composé puis la composition dudit mur suivant vos besoins.

Pour ce qui est de la décomposition du mur en autant de murs que nécessaires (un pour l'intérieur, un pour le porteur et un pour l'extérieur) c'est une décomposition qui reste intéressante car elle permet notamment de gérer précisément les connexions d'isolants intérieurs en sous-face de dalle avec l'isolant intérieur vertical, par exemple. Elle permet de faire filer un isolant extérieur sur toute la hauteur du bâtiment alors que le mur porteur lui-même peut s'arrêter de dalle à dalle, etc...

Autre intérêt, le quantitatif est plus simple à sortir. D'autant qu'il est plus précis, car en appliquant cette méthode de travail aux sols et toitures tout comme aux murs, elle permet de ne pas omettre dans le calcul des "hauteurs cachées". C'est le cas par exemple d'une cloison qui doit descendre jusqu'au dessus de la dalle porteuse et non au dessus du sol fini. Dans le cadre d'un carrelage collé/scellé sur chape, par exemple, si la dalle est représentées en multicouches, la cloison sera modélisée plus courte que la réalité...

Cependant, cette méthode présente l'inconvénient évident d'alourdir considérablement le travail de saisie du modèle, et de pouvoir engendrer des oublis, de fait. Sans compter une modification du modèle là encore plus lourde. Deuxième inconvénient, moindre et un peu plus spécifique certes, est le risque que le modèle analytique ne soit pas utilisable en l'état après récupération, surtout en charpente, domaine dans lequel cohabitent beaucoup de pièces rattachées les unes aux autres. Je vous passe les détails des modes de connexions automatiques des modèles analytiques, mais il faut avoir en tête que la multiplication d'objets proches pouvant inclure une telle fonction multiplie d'autant les erreurs de saisies... et les corriger est très long et tout aussi fastidieux.
0
Votes
Undo
Voilà un débat ancien ... qui a déjà eu lieu sur d'autres médias. Les BIMEURS très expérimentés ne sont même pas d'accord entre eux parfois. Moi pour l'instant, je suis encore pour la séparation de la couche porteuse car cela correspond à la réalité constructive, même si cela pose quelques soucis pour les échanges en thermique mais moins gênant que la solution inverse pour les ingés structure. Donc c'est un arbitrage à faire.
"Cependant, cette méthode présente l'inconvénient évident d'alourdir considérablement le travail de saisie du modèle, et de pouvoir engendrer des oublis, de fait. Sans compter une modification du modèle là encore plus lourde"
Cela dépende de la complexité de l'architecture. Sur une boite à chaussure avec un seul matériaux de finition de façade c'est vrai que c'est considérablement plus long qu'un mur multicouche. Sur une architecture normalement "complexe" avec des changements de revêtements, des loggias, ... ce n'est pas beaucoup plus longs.
Pour les changement rien ne vous empêche de cadenasser les couches.
Nécessite cependant que les bibliothèques de portes et fenêtres soient adaptée à la présence de plusieurs murs.
Une alternative que peu d'architecte exploitent (moi le premier) ce sont les éléments qui normalement devrait permettre de passer outre la rigidité des murs multicouches.
7 years ago
·
#3986
0
Votes
Undo
Les murs de structure fait par un architecte n’obéissent pas au même règles que les mêmes murs analysés par un ingénieur structure. C'est la raison pour laquelle je préfère que l'on duplique les murs avec le copier/contrôler et que l'on vérifie par la suite la cohérence entre les murs de l'ingé et les murs porteurs de l'architecte. Chacun son métier.
Surtout, comme il a été signalé dans des précédents posts, maintenant dans la boite de dialogue du copier/coller il est possible de faire corréler l'axe porteur de l'archi avec celui de la structure.
En plus, le fait de décomposer les parements posent des problèmes pour l'insertion des portes et des fenêtres qui n'obéissent pas elles aussi au même règles, les réservations béton ne sont pas les mêmes que l'implantation des portes ou fenêtres archi avec leurs propres requis.
7 years ago
·
#4015
0
Votes
Undo
Bonjour

Moi dans le cas de bâtiment avec plénum, les couches habillages ou doublages sont dissociées, cela permet une gestion des intersections murs (gros oeuvre, porteurs) correcte à la fois en plan et en 3D.
L'idéal serait que les éditeurs donne la possibilité de lier les couches adjacentes aux poteurs afin d'obtenir des mise en place plus confortable de portes, fenêtres, ou réservation.
7 years ago
·
#4029
0
Votes
Undo
C'est la raison pour laquelle je préfère que l'on duplique les murs avec le copier/contrôler et que l'on vérifie par la suite la cohérence entre les murs de l'ingé et les murs porteurs de l'architecte.


Je ne pense pas qu'il y ait, dans ce fil de discussion, de remise en question de l'utilisation de la fonction copier/contrôler. Tout du moins pour le cas qui nous occupe ici, à savoir les échanges entre maquette architecturale et maquette de structure.

Pour ce qui est de la gestion des couches d'un mur composé il est aussi possible, au lieu de traiter chaque couche comme une entité à par entière, d'utiliser la fonction "Créer des Eléments" (onglet "Modifier", groupe de fonctions "Créer";) et de choisir "Afficher les éléments" comme valeur du paramètre "Visibilité des éléments", dans les propriétés de vue.
L'utilisateur à ainsi la main sur chaque couche d'un mur composé, tout en conservant la logique du mur composé (ce qui reste pratique, pour un changement ou une modification rapide de type).

Cela évite donc de devoir cadenasser toutes les couches indépendantes les unes aux autres et de créer des familles d'ouvertures qui percent plusieurs couches de mur accolés.
7 years ago
·
#4030
0
Votes
Undo
On peut aussi utiliser les éléments pour avoir un quantitatif plus exacte des matériaux murs (voir la vidéo de didier Hoffman chez elephorm sur le sujet). Si l'on se réfère à un autre revitman Gravelin dans son blog il montre comment créer un filtre pour isoler la couche porteuse (noyau) des couches de finitions. Seulement sur un projet important il faut s'assurer que la transformation des murs composés en éléments se passe bien sur l'ensemble du projet indépendamment de la bonne affectation de la couche porteuse .
Le cas des murs admettons résolu, il n'en demeure pas moins que les dalles en structure sont de porteur à porteur et varient en épaisseur selon le revêtement, que les poutres vont se modifier en fonction des retours des contraintes liés aux passages des fluides, que les poteaux vont variés aussi en fonction de contraintes techniques (structurelles, voir en façade thermiques), etc...
7 years ago
·
#4053
0
Votes
Undo
Pour info (sans remettre en cause le fil de la discussion) Il existe un plugin "smart walls" développé par AGACAD, qui permet de décomposer des murs multi-couches en murs mono-couches.
There are no replies made for this post yet.

Hexabim

La plateforme du BIM et de la Construction Numérique en France.

© HEXABIM 2014 - 2024

Connexion