1. Louis Gravier
  2. Logiciels - Solutions
  3. mercredi 11 juillet 2018
  4.  Suivre par E-mail
Bonjour,

Je commence une étude sur l'acquisition de logiciels BIM dédiés à la réalisation de maquette CIM (City Information Modeling) et j'aimerai avoir votre avis sur deux solutions logicielles.

Je travaille essentiellement avec le logiciel REVIT mais celui-ci commence à atteindre ses limites lorsque l'on parle de modélisation urbaine.

Certains d'entre vous ont-ils pu tester et comparer les logiciels Mensura et Covadis 3D afin de réaliser des maquettes numériques urbaines à partir de nuages de points. Ces maquettes seront composées de MNT issus de points topographiques ou nuages de points acquis par lasergrammétries statiques, mobiles ou aériennes (drones), des connexions entre bâtiments, réseaux enterrés, mobiliers urbains et bâtiments.

Ces deux solutions sont-elles équivalentes ? L'une est-elle plus performante ? Quels sont les meilleurs rendus ? L'une est-elle plus ergonomique que l'autre ? Quelle solution est plus OpenBIM, interactive avec d'autres logiciels (suite Autodesk ou autres), formats d'entrées et sorties ?
Connaissez-vous d'autres logiciels adaptés ?

Covadis 3D est bien plus cher que Mensura, la différence se fait-elle ressentir au niveau du logiciel ? Quelles sont les perspectives d'évolution sachant que Géomédia (Covadis) a racheté Géomensura.

Je vous remercie par avance pour vos réponses.
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonjour,

Après mon expérience sur le monde de la Topographie et les logiciels Covadis et Mensura.

Covadis utilise les logiciels Autodesk (Autocad, civil 3d ou Map) pour pouvoir l'utiliser au contrario de Mensura qui possèdent sa plateforme, ce qui différencie ces 2 logiciels n'est autre que les plateforme que vous utiliser.

Mais Covadis est plus complet et moins chère que Mensura. (Covadis +/-3500e contre Mensura +/-11000e pour tous ses modules car mensura fonctionne par module, 3 min de base!)

Pour les nuages de Points, je conseillerais sans aucun soucis Covadis surtout en création MNT et projection VRD même si dans ces deux cas Mensura s'équivaut.
Maintenant d'après ce que j'ai entendu depuis les indiscrétions des techniciens de la firme, Géomédia (Covadis) est occupé à préparer avec Autodesk, une solution connexe qui assemblerait Covadis à REVIT pour facilité les projet BIM.

A voir quel en sera leur évolution...
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 1
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonjour,
Pour connaitre très bien Mensura et avoir eu une formation Covadis récemment, je dirais que Mensura et Covadis/Autopiste :
- sont 2 logiciels performants pour modéliser des projets « Infra »
- permettent tout 2 d’intégrer des nuages de points
- ont à peu de choses près les mêmes possibilités que ce soit pour de la modélisation ou de la conception.

Il y a effectivement une différence sur le noyau graphique puisque Covadis utilise et nécessite une licence Autocad pour tourner, là où Mensura en étant à la fois autonome et proche des principes Autocad permet une bonne interopérabilité avec le DWG et tous les formats standards du marché tourne sans autre noyau graphique.

Pour apporter des éléments de réponse sur les points évoqués :
- coûts d’acquisition : je pense que le prix de l’un est très proche du prix de l’autre. D’autant plus depuis que les deux sociétés sont dans le même groupe d’ailleurs. Demander un devis aux 2 pour en avoir confirmation
- Rendus « 3d » : ils sont les mêmes dans Covadis et Mensura dans la mesure où Covadis utilise maintenant l’outil de Rendu 3d de Mensura.
- Ergonomie : je trouve Mensura plus simple mais je ne suis peut-être pas très objectif dans la mesure où je suis un utilisateur de longue date
- OpenBIM : les 2 permettent des exports IFC et LandXML
- Perspectives d’évolution : pas d’infos de mon côté. Je sais juste que les logiciels continuent tout 2 à évoluer et à intégrer de nouvelles fonctionnalités, notamment dans le sens d’une meilleure intégration dans un processus BIM

En espérant que cela puisse t'aider

Guillaume
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 2
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonjour à tous,
Monsieur SANCHEZ, je vous invite à me contacter si vous souhaitez avoir nos tarifs.
Ceux que vous annoncez sur votre post sont bien loin des tarifs pratiqués par notre entreprise.
Yann DERRIEN - directeur commercial - yann.derrien@geomensura.com

Les 2 solutions que sont MENSURA et COVADIS permettent effectivement de traiter des nuages de points pour une approche VRD/MNT.
La solution COVADIS nécessite un abonnement AUTOCAD 3D - 2 058,00 € /an avec une promotion actuellement :)
La solution MENSURA, quant à elle fonctionne sur noyau graphique autonome et compatible .dwg
Les solutions que nous proposons ont des coûts variables en fonction des métiers, des besoins et donc des configurations.
Nos 2 gammes de solutions -Mensura/Covadis- apportent depuis plus de 30 ans satisfaction à bon nombre de nos clients TP/BE/Administrations....

Je reste disponible pour un échange ou une démonstration si vous le souhaitez.
Bonne journée à tous.
Yann
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 3
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonjour Messieurs,

Je vous remercie pour vos retours sur ces deux logiciels.
Il me reste à les tester pour définir lequel répond le mieux à mes besoins.
Un dernière question, que pensez-vous d'Infraworks au niveau de la visualisation 3D et modélisation basique ?

Bien cordialement,
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 4
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonjour,

INFRAWORKS est une solution intéressante pour de la conception AMONT "phase esquisse" mais pas pour aller plus loin .INFRAWORKS est par ailleurs très intéressant pour présenter un projet dans un contexte réaliste.

à noter qu'il est possible d'échanger en bidirectonnel les données de conception entre COVADIS et INFRAWORKS.

Cordialement
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 5
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonsoir,

Pou apporter de l'eau au moulin de Thierry:

Infraworks permets, bien sûr, de créer une maquette contextuelle du projet en y intégrant les parcelles cadastrales (à partir de Civil 3D et d'un fichier SDF).

On peut également importer des fichiers ifc mais aussi des fichiers Topo dont le terrain a été maillé.
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 6
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
Bonjour,

J'étudie actuellement ce sujet au sein de mon entreprise, mon analyse est encore partielle mais je partage bien volontiers avec la communauté les constats. Pour info, nous excluons volontairement toutes les solutions de Cloud et tous les processus nécessitant du développement sur mesure.

Concernant les solutions Autodesk:
Je vous rejoins sur la limite de Revit pour gérer un modèle urbain. Pour résumer, le plug-in site designer ou les volumes in-situ permettent de modéliser les abords immédiats en vue de produire les plans ou d'analyser l'impact du bâtiment dans son environnement proche (effet de masque,...). Il est possible de faire bien plus mais en poussant le logiciel, mais l'absence d'une part d'un modèle de donnée adapté pour l'urbain (éclairage, signalisation, route,…) et d'autre part de l'intégration des normes géographiques rend difficile l'assemblage des modèles issues de différentes sources. Enfin, la gestion des informations n'est pas suffisamment développée pour répondre à la complexité des besoins urbains.

Infraworks semble difficilement utilisable au-delà de la phase esquisse/APS. Néanmoins il dispose de fonctionnalités intéressantes pour mixer les données (par exemple le drapage de données, les systèmes géographiques,...). Il me semble que sont principale inconvénient est qu'il dispose de très peu de format d'export (FBX et IMX), on se retrouve vite captif d'une solution. Il pourrait devenir l'outil de départ du processus d'un projet en résolvant ces problèmes d'échanges (en priorité avec Revit).

Le logiciel Covadis à l'inverse permet de produire une modélisation technique de la VRD. Il est possible d'y insérer l'enveloppe des bâtiments à l'aide d'IFC. La gestion de l'information se fait à l'aide d'une base de données ad-hoc adaptée à la conception VRD qui est en lien avec les objets graphiques du dwg. Il est possible de visualiser en 3d le projet, mais ceci reste à usage pour le concepteur. Il me semble que la modélisation 3D des réseaux souples est chronophage car l'application ne dispose pas de fonctionnalités paramétriques (par exemple la représentation d'une gaine qui se trouve à 40 cm sous la surface finie). Covadis permet d'exporter du terrain au format LandXML. Il est possible d'exporter la modélisation en IFC avec des données, je l'ai testé sur de l'assainissement et j'ai l'impression que cela fonctionne sans trop de changement. Je n'ai pas d'expérience opérationnelle sur ce point. Néanmoins, il faut garder à l'esprit un point de vigilance qui concerne les standards IFC qui devraient évoluer pour intégrer de modèle infrastructures et donc les données produites actuellement par COVADIS risquent de devenir techniquement caduques. Mais faute de mieux….

Naviswork permet de consolider différentes sources (IFC, Revit, landxml, nuage de point, DWG 3D, microstation,...) en vue de les consulter (ou de faire du clash détection). Du fait de la présence de nombreux formats, il me semble un peu plus adapté pour assembler les sources de données technique pour une vision CIM. Malheureusement, il ne permet pas de draper des données sur des surfaces 3d des couches 2d (Orthophoto plan, plan 2d,…). Enfin, la gestion des informations n'est pas suffisamment développée pour répondre à la complexité des besoins urbains.


Concernant les solutions ESRI:
ESRI est le leader des SIG, ces solutions sont utilisées dans de nombreuses collectivités. ESRI et Autodesk ont annoncé un rapprochement de leur solution, et la dernière versions Arcgis pro permet d'insérer directement dans le modèle urbain les maquettes Revit. Moyennant l'utilisation du logiciel FME (ou peut-être du plug-in data-interop ), il est également possible d'insérer des données IFC dans la scène ArcGIS PRO. Néanmoins, les solutions ESRI ne sont pas adaptées à la conception, mais à la gestion de territoires. Elles disposent de fonctionnalités pour gérer et traiter (analyses spatiales, isochrone,…) les informations BIM et SIG 3D. Je n'ai pas encore testé cette solution.

Concernant les formats "openBIM" je vous orienterai vers les IFC et le Landxml complété du DWG et SHP qui sont standard de facto. Pour l'heure, j'exclu le format cityGML car à ma connaissance, il n'y a pas de logiciel de conception qui soit en mesure d'exporter sous ce format et son usage est assez limité.

J'espère vous avoir éclairé.
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 7
Réponse acceptée Pending Moderation
0
Votes
Annuler
il faut garder à l'esprit un point de vigilance qui concerne les standards IFC qui devraient évoluer pour intégrer de modèle infrastructures et donc les données produites actuellement par COVADIS risquent de devenir techniquement caduques. Mais faute de mieux….


Bonjour,

je peux vous rassurer sur ce point. Le groupe GEODESIAL (COVADIS & MENSURA) suit au plus prêt les évolutions du Format IFC Road , en prenant par notamment au projet de recherche MINnD. Nous ferons en sorte de suivre ainsi les évolutions du format IFC afin de toujours mieux échanger au sein de la maquette numérique.

cordialement

Thierry Garré
GEOMEDIA SAS
  1. il y a plus d'un mois
  2. Logiciels - Solutions
  3. # 8


Il n’y a encore aucune réponse faite pour cette discussion.
Cependant, vous n'êtes pas autorisé à répondre à ce message.


Inviter un collègue à rejoindre cette discussion ?
Merci de saisir son adresse e-mail pour envoyer une invitation.


HEXABIM © 2018

vide


0
Partages