Nous sommes +16 000 professionnels du BIM !

Rejoignez-nous >
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


  1. Jessika Lelièvre
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. mercredi 10 juin 2015
  4.  Suivre par E-mail
Les pratiques internationales d'implantations et d'utilisation, normes et processus de gestion du cycle de vie d'un bâtiment, intéressent les mordus du BIM et de la BEM.

Pourquoi ne pas avoir la chance d'en discuter ensemble et d'échanger sur nos pratiques afin de voir quels sont les points en matière de BIM où l'Amérique du Nord applique certains principes de même façon que la France, par exemple. Et, quelles sont les pratiques qui sont différentes, mais toutes aussi bénéfiques pour la réalisation des projets BIM et BEM.

Échangeons et apprenons les uns des autres ! Nous n'en seront que meilleurs et plus éveillés sur les pratiques internationales.

Il est important pour de bon gestionnaires BIM d'être aux faits de tout ce qui se fait de mieux dans le monde. C'est la principale utilité d'un bon gestionnaire, c'est de rester avant-gardiste! :)

Quels sont les principes de gestion en matière de Life-Cycle qu'utilise la France ? Comment ce passe le respect des processus de gestion pour chaque intervenant dans le projet ? Les échéanciers BIM sont-ils respectés, en majorité ? Est-ce que les échéanciers sont fait avec un timeline estimation, comme avec Navisworks, par exemple ? À quelle fréquence les réunions de projets et la coordination multidisciplinaire est-elle exécutée ?

Exposez-moi vos expériences durant le life-cycle complet d'un projet BIM de A à Z et je vous expliquerai les façons de faire au Canada/ Québec.

J'ai très hâte de discuter avec chaque intéressés qui prendra part à cette discussion !! :)

Après tout, on a tous un but commun, être meilleurs et faire ce qu'il y a de mieux; partager et avoir des projets à l'étranger !
Réponse acceptée
Réponse acceptée Pending Moderation
Du coup quelles sont donc les façons de faire au Canada? Le BIM est utilisé que par les groupements de conception réalisation? et les archi, ils en sont où?

Personne ne propose au maitre d'ouvrage de séparer la conception de la réalisation? Peut être qu'il pourrait faire des économies si les entreprises intervenaient moins dans la budgétisation du projet?

Des Bureau d’étude étrangers peuvent il faire partie de la course? ;)
Réponse acceptée Pending Moderation
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 1
Réponse acceptée Pending Moderation
Merci pour cette initiative Jessika,
concrètement, comment tu comptes aborder ce sujet ?
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 2
Réponse acceptée Pending Moderation
En tant que Bureau d'étude de conception, je ne pourrai pas répondre à ces questions très précisément.

Lors de la conception, il est difficile de parler de cycle de vie sur des équipements qui ne sont pas prescrit précisément. On peut prescrire des luminaires LED et l'entreprise va finalement mettre du fluocompact.. La gestion des cycles de vie serait trop imprécises.

Pour la réalisation , ce sont les entreprises qui prennent le relais sur la maquette numérique. Je ne peux donc pas répondre.

Pour la gestion du bâtiment, je peux te dire que nous ne prenons pas en compte les besoins des gestionnaires lorsque nous construisons notre maquette numérique. Il y a plusieurs raison:
1- le temps: nous ne sommes pas rémunéré pour faire ça, et ça prends du temps..
2- les besoins sont pour nous difficilement définissable à la conception du bâtiment..
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 3
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour Pierre Antoine,

C'est ça exactement qui m'intéresse ! :)

Un bureau d'étude de concept en architecture, mécanique du bâtiment ? Dans quelle spécialité oeuvres-tu exactement ?

À quelle fréquence, le gestionnaire BIM vous convoque ? Quels sont les barèmes et objectifs qu'il vous demande ? Révise-t-il rigoureusement ce qu'il vous demande ou s'attend de vous ? Appliquez-vous une méthodologie venant d'un processus de gestion BIM, en ce qui attrait à la coordination du projet et votre implication dans le mandat ? Quels sont les moyens qui vous aident à déterminer les outils BIM à utiliser ? Ordinairement, les processus de gestion sont là pour également orienter le choix des outils et des ADDIN à utiliser. Hors, de quelle façon orientez-vous les outils (tel que Revit ou autres) pour la réalisation de la conception qui vous est attribuée ?



Pour ma part en tant que gestionnaire BIM et BEM, tous les intervenants sont importants et doivent être présents, lors de chaque réunions collaboratives où l'on discute de chaque discipline et ses particularités.

J'analyse leur travail et leur fixe des objectifs à atteindre avant la prochaine réunion de coordination; l'architecte est présent, les gens de mécanique et procédé, d'électricité, les gens en construction, la main d'oeuvre etc... On valide la coordination selon le principe de gestion appliqué selon les besoins du projets et du client. Le client participe parfois aux réunions, lorsque des décisions majeures doivent être corroborées.

On m'a dit qu'en France (par exemple) on applique le principe de gestion MOP. Hors, au Québec je ne propose pas ce processus, car il y a beaucoup de lacunes dans cette méthodologie. Pour équivalent, je propose le PCI (IPD). Le "pourquoi" je veux savoir ça, c'est que normalement et pour le meilleur scénario, peu importe le rôle que l'on joue dans le projet, le gestionnaire devrait appliquer un suivi transparent et éducatif pour tous ces intervenants. Tu me suis ?

Autrement, moi, dans un avenir proche, j'aimerais faire des projets en France. Pour ce faire, il faut que je sache comment les gens sont habituer de fonctionner et ce que je peux apporter à la valeur du projet, en ce sens.

Un des problème qu'on retrouve au Québec et évidemment au Canada, c'est la FAUSSE expertise. Nous sommes quelques personnes à travailler pour définir des normes gouvernementales qui oblige a suivre un principe de gestion et suivre les étapes recommandées afin d'assurer et de maximiser la formations aux intervenants (si besoin est) et maximiser le respect de l'échéancier fixé(parmi tous ceux disponibles, en choisir un selon la nature et l'objectif du projet). Souvent on voit des gens tenté de passer du simple 3D au client où aucune particularité s'appliquant au BIM, même de niveau 1. On a donc dû produire des barèmes qui incitent et oriente ceux qui seraient tenté de dévier du gabarit d'exploitation du BIM.

Pour orienter nos barèmes au Québec (par exemple), j'ai longuement étudier la Norvège et la Finlande, ainsi que les BACC en BIM qui commence en Europe. L'approche du BIM est très créative, mais doit quand même garder une ligne directrice où tout le monde s'y repère et garde le CAP.

En résumé, j'aimerais connaitre votre réalité de travail et la nature/ fréquence de authentification de la collaboration avec le gestionnaire BIM.

:)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 4
Réponse acceptée Pending Moderation
Un bureau d'étude de concept en architecture, mécanique du bâtiment ? Dans quelle spécialité oeuvres-tu exactement ?

Je suis dans un bureau d'étude technique Structure CVC (HVAC) et Elec. Mais on fait aussi de la sécurité incendie, de la voirie etc etc.. Je suis personnellement électricien. Mais je m'occupe aussi du BIM managment dans mon BE.


À quelle fréquence, le gestionnaire BIM vous convoque ? Quels sont les barèmes et objectifs qu'il vous demande ? Révise-t-il rigoureusement ce qu'il vous demande ou s'attend de vous ?


En france, nous en sommes au début de la mise en place du BIM, on en parle beaucoup, mais pour l'instant il n'y a pas beaucoup de projet qui se font en collaboration. On voit que les archis s’intéressent et s’équipent en logiciel, mais on n'est pas encore a faire de l’échange niveau 3.
Donc pour l'instant nous faisons du BIM sur de l'industriel, où l'archi a une place secondaire. Nous faisons la gestion du BIM nous même.


Appliquez-vous une méthodologie venant d'un processus de gestion BIM, en ce qui attrait à la coordination du projet et votre implication dans le mandat ?

Nous avons élaboré avec mes collègues Structures et HVAC notre charte graphique BIM. Que nous modifions en fonction de nos projets et de leur complexité..
La coordination se fait:
-Par des réunions hebdomadaire avec le maitre d'ouvrage
-Par des réunions hebdomadaire interne
-Par la gestion des problèmes au cas par cas.


Quels sont les moyens qui vous aident à déterminer les outils BIM à utiliser ?Ordinairement, les processus de gestion sont là pour également orienter le choix des outils et des ADDIN à utiliser. Hors, de quelle façon orientez-vous les outils (tel que Revit ou autres) pour la réalisation de la conception qui vous est attribuée ?


En premier lieu, la demande du maitre d'ouvrage! pour quelle prestation il nous paye. Nous allons pas forcement faire un rendu niveau exécution alors que nous sommes en avant projet. Même si REVIT nous permet de le faire rapidement. C'est la où on se pose la question de propriété de la maquette numérique (le fichier numérique.)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 5
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour Pierre-Antoine,

Dans mon premier poste : (Technologue spécialiste en mécanique du bâtiment)

Je suis spécialiste en mécanique du bâtiment. Je fais en quelque sorte le même travaille qu'un ingénieur en mécanique du bâtiment (pour vous appelé le génie climatique) sauf que je ne signe pas de plan. Je fais donc de la surveillance de chantier, de la conception de systèmes, tels chauffage, climatisation, humidification, réfrigération, refroidissement, plomberie, protection incendie etc... Je fais également de la mise en service des systèmes mécaniques pour valider le fonctionnement et le respect de l'échéancier en mise en service, je fais de la simulation énergétique et donc je m,assure d'avoir toutes les données techniques pointilleuses de l'architecte (si ce n,est pas assez précis, je demande plus de données techniques thermiques, par exemple), je fais des études et émets des rapports, à cet effet...
La coordination avec les différents corps de métier, l'approbation de documents techniques et l'analyse des budgets et prix d'entrepreneurs, en plus de l'estimation de projet etc...

Dans mon second poste : (Chargée d'expertise BIM et BEM)

Ayant étudié plusieurs principes de gestion, processus et protocoles BIM et BEM, manipulant depuis plusieurs années une très grandes variété de logiciels, de modules et sous-modules comme outils dédiés au BIM et à la BEM, j'applique tout les fondements et notions de calculs dans les maquettes autant au niveau de l’architecture (car souvent les architectes ne le font pas d'eux-même), en conception mécaniques: j'introduit les calculs et les données techniques dans les systèmes et pour chaque équipement, je simule le bâtiment et le soumet à des scénarios climatiques pour calculer sa consommation énergétique. Donc, comme je suis gestionnaire BIM et BEM, je peux coordonner avec les architectes et leur dire ce qui manque dans leur modèle afin d'attendre un niveau spécifique en BIM, par exemple.

J'ai une cousine qui est architecte et avec qui je travaille sur mon apprentissage depuis plus de 6 ans. Je connais très bien les failles en architecture et je les mentionne auxdits professionnels afin de corriger les maquettes architecturales. En mécanique, je forme des ingénieurs, même senior, à comment apprendre le BIM selon des processus de gestion applicables et rigoureux en les mettant au normes de l'état où nous sommes. Je donne des formations sur à peu près tout dans le BIM et la BEM. Je m'occupe du développement d'affaire et d'accompagner les gens dans leur désire d'intégrer le BIM afin qu'ils ne fassent pas comme plusieurs et se planter solide !

La règle principale en BIM c'est que le gestionnaire BIM est le celui qui a le plus de connaissance au niveau des principes de gestion ET des logiciels principaux avec les outils que cela comporte. Donc, ici ce n'est pas toujours l'architecte qui est gestionnaire BIM. C'est naturellement celui qui à faut de la gestion de projet standard, qui maîtrise les principe de gestion applicable à une maquette BIM et qui a touché un peu à tout dans les méthodes standards pour être capable de tout transposer la dans les nouvelles façons de faire qu'implique le BIM et la BEM.

Pour ma part, j'ai accumulé énormément de connaissances sur plusieurs plans et je prends mon expérience au fur et à mesure, car c'est ainsi que l'expérience BIm se construit. C'est une technologie qui appartient au goût du jour et c'est normal d'expérimenter à chaque projets, car tous sont uniques en fait. Dans le BIM rien n'est routinier et pareil, tout est unique et appelé à varier.

En tant que Gestionnaire, je révise régulièrement les modèles de l'architecte et souvent c'est moi qui fait celui de la mécanique complète, j'introduit le modèle électrique moi-même et le conçoit de base, car personne en électricité au Québec ne fait participe au BIM en électricité ! C'est dommage. Je leur donne des formation sur tous les outils BIM en électricité et je leur montre comment les utiliser. Je fait l'estimation animée avec différents modules BIM dans Navisworks, par exemple et j'estime et créer l'échéancier des travaux avec ça, ensuite je coordonne le tout avec les entrepreneur généraux et les sous-traitants. Des réunions hebdomadaires sont prioritaires, car le modèle est appelé à changer tr;es souvent. Il faut garder les gens à l'oeil du fait qu'ils auront assurément besoin d'aide. J'y vais aussi cas par cas, toujours en gardant en tête que tout peut arriver et qu'il me faudra réagir rapidement et avoir les réflexes de connaitre tous les outils à ma disposition et les nouveaux à venir et même voir dans le futur parfois. C'est que le poste que j'occupe n'existe pas nul part, je l'ai créer et je l'ai démontrer aux dirigent. Ils connaissent aujourd'hui la rigueur et les connaissances que j'ai et puis me regarde aller avec toutes les disciplines... J'ai l'esprit dédier à ce type de technologie, si on peut dire. Donc, je forme les gens au travers de mener des projets à bon terme.

C'est également moi qui rencontre les clients et qui établis l'estimation des coût en BIM me concernant et concernant tout le processus du projet. Je m'assure qu'il économise au maximum et lorsqu'un pépin survient en chantier, par exemple, je lui montre quel module nous ajouteront à la maquette afin de palier au problème éprouvé. Je dois veiller au bon déroulement du projet et par-dessus tout, au respect de l'échéancier fixé. Je m'assure que tous les intervenants connaissent bien leur rôles et leur fonctions et s'ils ont des problèmes je vais leur montrer comment palier à cela. Les entrepreneurs ne sont pas encore à l'aise de travailler avec le BIM, alors je les support autant qu'ils ont besoin.


Je suis partout à la fois et j'ai un sacré mandat ; développer le BIM ce n'est pas simple, mais ce n'est pas complexe non plus. J'ai dû discuter avec plusieurs dirigent et leur dresser un portrait financier et utilitaire de ce que doit apporter le BIM. Il m'a fallu leur exposer les mises en garde et les bonnes pratiques. Je suis encore à l'étape de tout gérer et faire moi-même, car je m'occupe de former graduellement le personnel.

La façon de faire que j'ai mis au point, en parallèle avec les processus de gestion BIM, c'est de définir en partant avec le client où il veut que cela se rende ?! Je lui expose les options qui s'offrent à lui et s'il pense peut-être vouloir tout faire avec sa maquette BIM, alors il luit faudra comprendre ce que ça implique coté technique, temps facturable, temps réalisation etc... S'Il veut de la BEM, alors il doit être conscient de ce que ça implique dès le débat (avant-projet) qui est la phase discussion du projet. Rien ne doit être en reste ou oublié, puis les réunions avec les professionnels techniques implique que le client y soit et donne sont avis. Donc, de cette façon, rien n,est pris pour compte et ça fonctionne ! Merveilleusement bien, je dois dire.

Également, j'apprends au gens comment traiter avec des bâtiments existants en appliquant le même type de pensée et le secret c'est d'expérimenter bons nombres de projets pilotes de manière personnelle afin de savoir de quoi l'on parle et d'être capable de l'expliquer aux différents intervenants d'un projet. C'est ça la qualité qui fait qu'un gestionnaire BIM mérite ses responsabilités.

Ici au Québec, les instances en architecture et autres disciplines sont en train de redéfinir les principes de réalisation de projets sous les nouvelles bases qu'implique le BIM et ils le font à l'aide de gens comme moi, pour éviter que l'expertise expéditive, dite bas de gamme, ne perce davantage. C'est incroyable, mais si ce n'est pas fait, ça sera sans dessus-dessous et tout le monde se proclamera gestionnaire BIM.

Donc, je te comprends, ce n,est pas toujours clair ce qui délimite les normes, les principes de gestion, le rôle des intervenants et la coordination derrière un projet 100% BIM, mais la difficulté n'est pas là, elle est dans la standardisation des formations BIM qui doivent devenir obligatoires et offertes dans chaque grandes villes d'un état qui désire voir ces technologies performer selon leurs prescriptions.

Le secret pour arriver à proposer des outils selon le point de rendu prescrit dans un principe de gestion BIM est d'avoir utiliser plusieurs logiciels qui font différentes choses et de les pousser au max, d'imbriquer des modules et sous-modules et de les tester au max. Il faut constamment faire cela et les connaitre parfaitement afin de reconnaître ce à quoi ils s'apparentent chaque au travers d'un principe de gestion.
EXEMPLE: si on parle de l,archivage d'un gros projet, moi je vais suggérer d'imbriquer les fiches techniques dans l’équipent ainsi que les calculs. Dans l'archivage, on utilisera FIELD 360 qui est un module BIM de Revit et de Navisworks. Tout y sera détaillé et confiné (dans le CLOUD), pour la coordination je vais utiliser GLUE360 et sur le chantier afin de discuter avec les entrepreneurs et qu'ils aient accès en temps réel aux information je leur montrerai à utiliser le A360 par iPHONE ou iPAD. En début de projet, je donne une formation sur tous les outils qui seront utilisés et qui les utilisera. J'uniformise l'expérience et les tâches des gens puis je m'assure que tout le monde manipule une phase du projet. Je garde l'accès au modèle central et donne accès à qui besoin selon mes observations. Je demeure donc en constante analyse du développement du projet et quand je m,adresse à une discipline les autres sont tous présents. On fonctionne comme un noyau transparent.

Ce principe rapproche les gens et efface les soucis de performances néfastes. C'est en équipe qu'on conçoit et c'est en équipe qu'on termine.

SI quelque'un n'est pas au même niveau je le prend en charge et je l'implique !

Il est donc important de comprendre que le point à ne pas oublier, c'est que normalement un architecte est un donneur d'ouvrage, mais dans le cas du BIM, s'Il n'est pas en mesure de remplir les critères d'un gestionnaire BIM, alors il devra refiler ce mandat à quelqu'un qui le pourra et qui en même temps le formera lui aussi. Ce qui lui permettra de le devenir.

Il ne s'agit donc, pas d'une compétition. Il s'agit de mettre en charge la personne la mieux outillée pour répondre aux besoins BIM du client et que si pour y arriver il faut déconstruire les méthodes standards utilisées depuis des années, alors ainsi ce sera. Le BIM implique de prendre le temps de corroborer avec les dirigeants de l'entreprise leurs besoins, et donc, ceux de leurs clients, de s'assurer qu'ils sont conscients de ce que ça prendra comme temps et outils afin de former leur personnel et de réaliser des projets de petites envergures avant de s'attaquer aux gros. De s'assurer que l'équipe fonctionne en cellule et qu'elle est bien rodée (cellule composée d'un gestionnaire BIM, d'une coordonnateur BIM et d'un modélisateur qui s'occupe d'un projet. Autre projet = autre cellule). La conception est rentable lorsque le modélisateur la fait en même temps dans sa maquette. C'est ce que je fais moi et ça fonctionne. Un des méthode rentable que j'ai donc mis en place et qui est rentable c'est de fonctionner avec une cellule en génie-conceil, des équipes selon disciplines pour les entrepreneur, un architecte et le client. Ensemble on est outillé et assez de monde pour gérer ça. De plus, même les gens qui construise le bâtiment en chantier sont invité aux réunions de coordination BIM. Par contre, en connaissance de cause, le moins de monde travaille sur la maquette, le plus rentable s'est. Sinon, la chicane professionnelle apparaît et c'est l'enfer ! Il faut établir qui fera quoi selon son expérience et sa rapidité, et ce, avant de proposer ses service au clients. Ensuite, on ne change rien et on opère.

J'ai vu des techniciens être gestionnaire BIM... pourtant ils n'auraient pas dû l'être. Pas à cause de leur titre, parce qu'il ne connaissaient qu'une discipline, telle que la plomberie par exemple, mais leur firme leur a dédié ce titre et ils ne pouvaient rien manœuvrer... Donc, l'éducation des rôles est sans doute la plus importante avant de faire du BIM, selon moi,

L'objectif, peu importe le pays où l'on se trouve c'est de connaitre les principe de gestion du BIM et connaitre ceux que le pays accepte. Ensuite, c'est de les apprendre et d'utiliser tous les outils, d'expérimenter et d'analyser (de la recherche quoi) ! On investigue les méthodes BIM vs les méthodes traditionnelles. On voient ce que ça apporte, on voit là où on doit s'améliorer et ce qu'on a bien compris et on demande l,avis des clients et des entrepreneurs, des architectes ou des ingénieurs avec qui ont travaille habituellement, on les met au courant que l'on amorce un virage techno et on regarde s'ils sont intéresser de faire de même, car le marcher n'arrivera pas à nos porte sur un plateau. Il faut le créer et se montrer près à innover, près à restructurer et réformer les anciennes pratiques.

On prend d'abord les gens intrigués et passionnés, car ceux qui n'y voient pas d’intérêts sont une barrière et sont fermer d'esprit.. Ou, n'ont pas les capacités requises pour être dédier à ces types de technologies. ce qui n,est pas un crime non plus, sauf que l'avenir s'oriente vers ces technologies, donc on mène un navire avec des marins pas avec des artisans ;)

Les revus de conceptions sont effectuées par disciplines et le gestionnaire BIM refait es revues de conceptions avec les modélisateurs de chaque disciplines. Il s'assure d'être au courant de tout. Il mène la barque et s'il se trompe c'est toute l'équipe qui plante. Demander à quelqu'un qui ne maîtrise pas toutes les subtilités du BIM, c'est le mettre à l'abattoir directe ! C'est un gestionnaire BIM qui en forme un autre. C'est la méthode pour s'assurer que la personne soit prête et autonome pour qu'elle soit préventive et non réactive en projet complexe. Ce n'est pas de tout repos et on ne veut pas en mettre trop sur les épaules de quelqu'un. Le burnOUT ce n'est pas ce que l'on souhaite !

Il n'y a dons pas de remède miracle qui dicte la façon de maîtriser le BIM. Moi j'ai décidé, il y a quelques années d'allier mes connaissances et dans avoir d'autres afin d'orchestrer la réalisation complète de projets BIM. C'est lorsque ça fonctionne et qu'on en termine un qu'on s’aperçoit qu'on a misé juste.

SI tu as d'autres questions n'hésites pas. :) Je suis très contente que tu poses plusieurs questions, car elles sont très d'actualité et effectivement c'est LES grandes questions que tout le monde se pose. Tu as raison sur le manque de clarification dans l'application des principes gestion BIM vs les outils et les responsables de projets. C'est ça qu'il faut gérer avant de dire faire du BIM ! :)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 6
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour a tous, voici mon expérience en Suisse :

Nous avons un pojet que nous traitons pour le moment en "little BIM"

C'est a dire que nous avons deux modèles, un créé par l'architecte et un repris par le BE qui calcule et fait les modification structurelles nécessaire comme changer l'épaisseur des murs béton.

Il faut s'échanger les modeles . Ce n'est pas tres pratique. En théorie il faut travailler en phases décalées .
Un aperçu du workflow :

- Le travail de modélisation est fait par l'arcitecte
- Le porjeteur du BE effectue un travail de modifications sur ce modele et renvoie la version actualisée a l'architecte
- L'architecte intègre les éléments beton envoyés pas le BE
- Si c'est ok, le BE créé les plans papier pour le chantier et effectue le travail d'armatures du bâtiment.


Donc, l'architecte doit aller très loin dans l'exactitude des mopdele qu'il livre et le BE est déchargé de ce travail de modélisation . Mais c'est la modélisation justement qui était un aspect intéressant du métier de projeteur en BE selon moi ...
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 7
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour Nicolas,

Merci pour le partage de méthode. C'est super ! :)

Je suis d'accord avec toi sur le fait que la modélisation visuelle (VDC) est intéressante, aux yeux du client.
Il y a juste le fait que le détail visuel est une chose, mais lorsqu'il faut que les gens de structure calcul et valide le stresse subit par la structure avant de débuter la phase de construction, il lui faut les charges en structure implémentées dans le modèle; pour l'architecte, s'il veut faire valider la résistivité thermique de son enveloppe du bâtiment (on sait que le tripe de mettre que de la fenestration est à la mode ;) ) bien il lui faut soit 1- induire les épaisseurs de murs et type de matériaux contenant les données de conductivité, de résistivité et d'exfiltration de l'air au travers se modèle ou 2- il engage des gens comme moi afin de tester et d'analyser et implémenter son modèle avec lesdits calculs thermiques.

Bien-sûr, ce type de détail n'est requis qu,en niveau 5 du BIM. Pour de la structure simple et de l'architecture simple, il va de soit que cette précision n'est pas utile pour le degré de rendu visuel. Toutefois, la coordination... Je n'ai pas saisi: dites-vous avoir de la difficulté à travailler en coordination simultanée avec les différents intervenants, en occurrences, pour vous c'est structure et architecture seulement ?

Si tel est le cas, alors je peux vous aider et vous suggérer des outils et les méthodes qui feront en sorte que vous réussirez à travailler en simultané ( on entend par là, vous devez recharger le modèle centrale après 10 min ou plus). Moi je ne travaille pas en phase décalées et je déconseille cela, pour la majorité des projets. Ceux de petite envergure, il est possible de le faire, mais je ne ferait pas cela.

Seriez-vous d'accord pour discuter de certains outils qui pourraient vous facilité le travaille de coordination et d'échange dans un modèle ?

:)


P.S, merci d'échanger sur cet article. c'est apprécié.
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 8
Réponse acceptée Pending Moderation
Voici les différents modules et chaque modules s’apparentent à un processus de gestion BIM en bon et dû forme.

http://objectif-bim.com/index.php/bim-maquette-numerique/le-bim-en-bref/bim-2d-3d-4d-5d-6d-7d-xd

:)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 9
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour jessika
merci pour cette intéressante initiative mon intervention portera sur la collaboration architecte ingénieur structure pour préciser je suis en Algérie et en tant qu’ingénieur on accorde une grande importance au calcul des structures sous l'effet du séisme ( charges dynamiques accidentelles) vu qu'on est situé sur une zone à forte activité sismique .
Dans la maquette numérique l'architecte conçoit son projet avec des matériaux qu'il définit au préalable et une structure pré-dimensionnée. Or dans la conception finale il est fort possible que des matériaux ou des procédés de construction aient été changés ce qui induirait des modifications pour les hypothèses de départ prise par l’ingénieur et du coup une incidence sur le dimensionnement donc sur l'aspect de la maquette elle même.Ma question est comment définir exactement la méthodologie de cette collaboration pour arriver à un résultat parfait et EXACT.
En France et au Canada à ma connaissance on ne tient pas compte de l'effet sismique dans les calculs , je sais que c'est le cas aux départements d'outre mer ou on prend en considération même l'effet du vent ( cyclones) sachant que ces facteurs interviennent directement pour le choix des matériaux et le dimensionnement des structures .
Cordialement
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 10
Réponse acceptée Pending Moderation
Bravo et Merci pour ton travail et ton ouverture à partager Jessika :) .

Je crois, qu'il y a encore beaucoup de différence entre les pays dans l'acceptation, la réfelxion des nouveaux processus et les rapports entre les différents intervenants d'un projet que le BIM apporte.

Les processus BIM suivent de nouvelles voies de collaboration et de coordination que tous ne sont pas prêt à accepter (pour diverses raisons...) et notament en France ou il y a (heureusement) beaucoup de bonnes volontées et de progrès dans l'implémentation de ces nouveaux processus et ce qu'elles impliquent, mais aussi (malheureusement) beaucoup de réticences de certains car il y a un bouleversement des rapports et des compétences entres les intervenants et tous n'acceptent pas ces challenges, même pour le bien des projets et des clients.

Je lis encore trop souvent que le client (prorpiétaire/financier) n'entre pas en compte dans la conception et parfois même dans les choix de conceptions du projet qu'il finance, alors que c'est LUI Le Client qui bien souvent va gérer et payer les coûts de gestion du bâtiment....or il n'est plus à prouver qu'un bâtiment bien concu AVEC l'implication du client et des UTILISATEURS sera bien plus simple et moins coûteux à Gerer, Entretenir et Améliorer.

On parle encore beaucoup (et tant mieux) de l'apport du BIM pour les BE en conception et les EG en construction, mais on oublie encore trop souvent les approx 85% du coût total du Life-Cycle d'un bâtiment qui se trouve dans la phase Gestion et Maintenance...

En résumé, je trouve qu'il y a encore trop d'intervenants qui pensent que le BIM est un outil de conception et d'aide à la construction et que le client n'a pas sont mot à dire dans tout cela ("le cleint n'est pas Architecte ou ingénieur alors pourquoi nous demande t'il du BIM ?.".... Lu et entendu cette phrase plusieurs fois dans la bouche de certains...), et que quand il le fait, il s'aggit d'un Caprice de Mode....mais c'est une GROSSE ERREUR DE JUGEMENT et pour moi ces personnes n'ont pas compris ce que le BIM représente.

Les chosent évolueront sûrement (je l'espère:D )

Bien à vous tous,
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 11


Cette discussion ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


REJOIGNEZ +17 000 ADHERENTS !

Pas encore adhérent au réseau HEXABIM ? Plus de 17 000 professionnels ont rejoint la plateforme pour s'informer, apprendre et échanger autour du BIM et de la transition numérique.

L'adhésion est totalement gratuite, il suffit de demander votre invitation ci-après pour vous inscrire et accéder par la suite à toutes les ressources de la plateforme !

Découvrez les services Hexabim

recrutement

Recrutement

En savoir plus

Publicité

Publicité

En savoir plus

communication

Communication

En savoir plus

Hexabim

Se connecter