Nous sommes +16 000 professionnels du BIM !

Rejoignez-nous >
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


  1. El mehdi Yassine
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. mercredi 29 juin 2016
  4.  Suivre par E-mail
Bonjour,

je me permets d'ouvrir cette discussion afin de vous demander quelques clarifications concernant le sujet des responsabilités BIM en phase consultation. En effet, ma question est la suivante : Qui-est responsable des données de la maquette numérique (quantités et nomenclatures principalement) lors d'une consultation ? Si ces données sont faussées à cause de la présence de doublons sur la maquette par exemple, qui est porté responsable ? Est-ce-que la maîtrise d'oeuvre est dans l'obligation de fournir une maquette respectant quelques critères afin d'assurer un chiffrage optimum ?

Je tiens à vous remercier par avance.

Cordialement,
Réponse acceptée Pending Moderation
je dirais 2 choses :
- chacun est responsable du contenu de ses fichiers : maquette numérique ou pas
- le contenu de la maquette doit correspondre à ce qui est demandé contractuellement, si elle n'est pas contractuelle, ... ;)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 1
Réponse acceptée Pending Moderation
mais je me demande plutôt par rapport à la loi, qui est responsable ? Si on se base pour notre chiffrage, sur des quantités extraites de revit qui sont faussées (à cause d'un problème de doublons par exemple), qui est responsable, sachant que la loi MOP ne fournit aucune précision dans ce sujet ?
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 2
Réponse acceptée Pending Moderation
mais je me demande plutôt par rapport à la loi, qui est responsable ? Si on se base pour notre chiffrage, sur des quantités extraites de revit qui sont faussées (à cause d'un problème de doublons par exemple), qui est responsable, sachant que la loi MOP ne fournit aucune précision dans ce sujet ?
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 3
Réponse acceptée Pending Moderation
et bien tu es responsable de ton travail, si tes quantités ne sont pas exacte c'est que tu ne t'es pas vérifié, maquette ou pas ;)
Ne pas oublier que le BIM est de la collaboration, donc à toi de faire remonter les problèmes de doublons pour que ça soit corrigé. Et si ce n'est pas possible, à toi d'adapter ton travail pour rendre tes résultats correct et ne pas dire qu'ils sont faux à cause d'un autre ;)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 4
Réponse acceptée Pending Moderation
Salut,

d'accord avec Mickael.

Chaque société est responsable de son devis lors de l'appel d'offre.
Ensuite lors de la phase Exe, chaque lot est responsable de son fichier, ses quantités, ses nomenclatures, ses plans.
La responsabilité ne change pas par rapport à un projet 2D en dwg, sauf mentions spécifiques imposées dans le contrat du BIM Manager

Par contre pour les doublons, le BIM Manager ayant un rôle de superviseur, doit être là pour prévenir les société d'une erreur dans leurs fichiers, mais il n'est pas le responsable.

;)
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 5
Réponse acceptée Pending Moderation
De toute facons les quantité sont rarement contractuelle puisque dans le batiment on travaille surtout dans des marches forfaitaires. De plus je ne pensen pas que même dans un dce BIM la maquette soit contractuelle. Les livrables traditionnelles le sont. Plus tard peut être ...
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 6
Réponse acceptée Pending Moderation
La societé Atttic+ a intégré un plug-in dans revit pour faire du métré. Il est possible aussi de faire du métré à partir d'un fond Revit dans Navisworks. A mon sens ce métré correspond au DQE de l'architecte. Il sert aux entreprises à chiffrer à partir d'une base commune. Ensuite elles donnent leurs prix et leurs quantités et sont responsables de leur chiffrage qui risque en cas d'oubli ou d'imprécision de faire l'objet de négociations ultérieurement lors de la phase chantier.
Personnellement sur un projet de structure multi-accueil mon chiffrage a correspondu à celle de l'entreprise qui travaillait aussi en 3D.
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 7
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour,

J'abonde dans le sens des messages précédents. Quelque soit son niveau d'intervention, chaque personne reste maîtresse de son travail, et par voie de conséquence, responsable de celui-ci.

Mais si l'on souhaite creuser un tout petit peu le sujet, car c'est une question très souvent posée (je trouve cela très curieux par ailleurs), la maquette numérique n'est qu'un support. Comme le sont les plans papiers et/ou numérique 2D que vous recevez déjà lors de l'appel d'offre.

A l'heure actuelle, vous posez-vous la question de la responsabilité en cas d'erreur ? J'ose espérer que la réponse est non. Pourquoi en serait-il autrement avec une maquette numérique, quand bien même elle serait contractuelle ?

J'invite les personnes se posant la question à aborder le sujet d'un autre point de vue. Si vous êtes de ceux qui se posent la question de la responsabilité d'erreur de métré lié à l'utilisation de la maquette numérique, alors vous avez peut-être, même inconsciemment, l'intention de vous dédouaner en cas d'erreur. Et je répondrais deux choses à cela :
- La première est que cet état d'esprit va à l'encontre même de la responsabilisation de chacun qu'implique un travail procédurier. En l'occurrence suivant des protocoles assimilés au BIM.
- La deuxième est que, si l'erreur de métré est imputable à une autre personne que celui qui le réalise lors de la réponse à l'appel d'offre, alors la personne réalisant le métré, réellement, n'est pas la personne répondant au DCE mais celle qui à contribué à constituer le DCE. Dans ce cas, votre poste n'a plus lieu d'être, puisque on impose que le DCE soit parfaitement planifié, quantifié et exécuté (certes, c'est un peu le but.) Votre employeur peut donc s'épargner des frais.

Le propos peut sembler brutal, mais il me permet de conclure sur un point qui à la fois me tient à cœur et est primordial dans le contexte de la transition numérique :

Le premier responsable d'une erreur commise dans notre travail ou d'un défaut de qualité c'est nous ! Responsabilisons-nous, que diable, et arrêtons de chercher à faire porter le chapeau à un tiers avant même de se demander si nous avons bien fait ce pour quoi nous sommes payés !

D'autant qu'à se stade de maturité de la Maquette Numérique et du BIM en général, cette question malheureusement largement trop fréquente dans notre culture du travail ne fait pas sens. Tordons le cou une fois pour toutes à ces querelles de chapelles !
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 8
Réponse acceptée Pending Moderation
Il ne s'agit guère d'une question de responsabilisation de l'autre. Un DCE numérique bien informé et contenant des métrés et des quantités correctes, permettra aux chiffreurs de bénéficier d'un temps beaucoup plus important pour chercher des optimisations et améliorer les systèmes, ce qui est plus intéressant que passer des jours à réaliser des décomptes à la main. Ceci est dans l'intérêt de tous, et en plus de cela, tant que la maquette est déjà faite, pourquoi ne pas se porter responsable de ce qu'on a mis dedans !
L'intérêt du BIM est principalement le travail collaboratif permettant ainsi d'épargner du temps tout en assurant une meilleure optimisation des installations !!
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 9
Réponse acceptée Pending Moderation
La loi ne change en rien,l'apport du BIM..
Donc comme précédemment écrit , on reste sur les memes responsabilités quelque soit la phase.
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 10
Réponse acceptée Pending Moderation
Il ne s'agit guère d'une question de responsabilisation de l'autre.

C'est pourtant bien de cela dont il s'agit, s'il l'on se réfère au premier post du sujet :
Qui-est responsable des données de la maquette numérique (quantités et nomenclatures principalement) lors d'une consultation ? Si ces données sont faussées à cause de la présence de doublons sur la maquette par exemple, qui est porté responsable ?


Si nous sommes probablement tous ici d'accord sur ce que doit être la maquette numérique (contenu, objectif, méthodes d'échanges...) et plus généralement le BIM, il faut cependant s'attacher à ne pas confondre les sujets (collaboration/responsabilité dans le cas présent).
  1. il y a plus d'un mois
  2. B.A.-BA et premiers pas
  3. # 11


Cette discussion ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


REJOIGNEZ +17 000 ADHERENTS !

Pas encore adhérent au réseau HEXABIM ? Plus de 17 000 professionnels ont rejoint la plateforme pour s'informer, apprendre et échanger autour du BIM et de la transition numérique.

L'adhésion est totalement gratuite, il suffit de demander votre invitation ci-après pour vous inscrire et accéder par la suite à toutes les ressources de la plateforme !

Découvrez les services Hexabim

recrutement

Recrutement

En savoir plus

Publicité

Publicité

En savoir plus

communication

Communication

En savoir plus

Hexabim

Se connecter