fren
  Se connecter   Inscription

Nous sommes +23 000 professionnels du BIM !

Rejoignez-nous >
Vous avez une question ?

Besoin de support technique, d'un avis ou un conseil ?


  mercredi 10 février 2016
  15 Replies
  6K Visits
  Subscribe
Bonjour,
De plus en plus dans les appels d'offre il va être demandé l'intégration d'un BIM MANAGER dans l'équipe de maîtrise d'ouvrage. Si le bim manager se présente en tant qu'indépendant, quel doit être le ou les statuts juridiques possibles et doit-il et comment être assuré ?
il y a environ 5 ans
·
#2676
0
Votes
Annuler
Avant meme de se poser la question il faudra etablir si le contexte BIM est contractuel. Ce qui n'est l'es toujours pas concretement en France.

Faire un plan BIP n'est qu'un guide aujourdshui et pas un contrat avec ce que ca comporterait.

Si celui-ci est en externe, pourquoi ne pas le greffer au contrat avec sa propre assurance par exemple?
il y a environ 5 ans
·
#2679
0
Votes
Annuler
Excellent sujet, je vous rejoins pour savoir un peu plus sur l'assurance !
il y a environ 5 ans
·
#2680
0
Votes
Annuler
La mission BIM n'existe pas au sens de la loi MOP (à venir peut-être..).
Perso, étant indépendant, la mission de BIM management est formalisée sous forme d'une commande de prestations de services.
En matière d'assurance, rien de spécial dans la mesure ou toutes les données sont récupérables soit sur une sauvegarde, soit sur un cloud, au pire chez les intervenants.
Le BIM manager n'étant pas directement responsable de l'exécution du projet, je ne vois pas quel type d'assurance , à part la perte de données , il pourrait souscrire.
Le problème est de chiffrer la mission dans le cadre de la loi MOP
il y a environ 5 ans
·
#2682
0
Votes
Annuler
Bonjour,

Le bim manager peut intervenir à différentes phrases de l'Esquisse à l'Exe.
En dehors de la production de documents visant à déterminer les règles autour de la maquette numérique pour permettre une collaboration entre les différents intervenants, s'il intervient dans une revue de maquette il est censé :
s'assurer par exemple du géo référencement du projet
relever des conflits entre les différentes maquettes
En cas de non suivi de ses prescriptions sa responsabilité ne peut être mis en cause, néanmoins en cas d'omission, de mauvaise interprétation, de mauvaise transmission de données qui va porter le chapeau ?
il y a environ 5 ans
·
#2692
0
Votes
Annuler
Bonjour,

Il faut d'abord regarder qui assume aujourd'hui ces responsabilités.
Le BIM Manager amène un plus à la maîtrise d'oeuvre, qui pour l'instant est responsable.
De plus quel est le code APE d'un BIM Manager indépendant ?
C'est la-dessus que l'assurance couvrira la profession !
Informatique.... pas d'assurance BTP.
BTP...... pas d'assurance informatique.
Dilemme
il y a environ 5 ans
·
#2694
0
Votes
Annuler
bonjour,

Je pense que pour l'instant la meilleure solution est de répondre en sous-traitance soit de la maîtrise d'oeuvre ou de la maîtrise d'ouvrage pour que ce soit elle, en cas de conflit, qui fasse marcher son assurance C'est ce qui s'est passé lors de ma mission de revue de maquette sur une opération de 10 000 M² de bureaux pour Bouygues. Néanmoins face à la multiplication des demandes à venir la question du statut et des responsabilités pour des indépendants risque de se poser. J'ai fait une demande auprès de la MAF qui pour l'instant ne m'a pas répondu et une autre auprès de l'ordre qui demande de répondre en tant qu'architecte. En effet, la mission de revue de maquette s'apparente à mission de synthèse qui au lieu de se faire sur le chantier se fait en amont, elle demande les mêmes compétences métier, plus des connaissances liées aux nouveaux outils: serveur, modélisation BIM, outils de "review" BIM,
Qui va payer cette mission de pré-synthèse,synthèse, recollement ?
Et à qui va t on faire appel ?
à l'architecte ?
à des bureaux d'études ?
à des spécialistes liés à la maîtrise d'ouvrage ou externes ?
Ne risque t on pas avec le BIM d'assister si l'on n'y prend pas garde avec la possibilité de mise à l'écart de l'architecte du processus BIM à un nouveau éclatement de sa mission ?
il y a environ 5 ans
·
#2696
0
Votes
Annuler
Bonjour,

pour moi, le BIM Manager n'est qu'un consultant. Chaque entreprise est libre de suivre ses recommandations ou non.
Chaque entreprise est responsable de ses études et du montage. En cas de conflit, la maîtrise d'oeuvre est seule décideur.

Le BIM Manager du projet n'est pas là pour remplacer ou compléter le rôle de la synthèse, il là pour surveiller la bonne tenue de la maquette et ériger les règles définissant son utilisation.
S'il doit assurer une mission de coordination des lots, ce n'est plus une mission de BIM Manager mais une mission de synthèse avec les responsabilités qui en incombe.

;)
il y a environ 5 ans
·
#2698
0
Votes
Annuler
bonjour,

S'il doit assurer une mission de coordination des lots, ce n'est plus une mission de BIM Manager mais une mission de synthèse avec les responsabilités qui en incombe.

Réponse :

Avec la maîtrise et la complexité de la mise en place de l'outil, cette mission de synthèse risque naturellement de lui échoir.
A suivre...
il y a environ 5 ans
·
#2701
0
Votes
Annuler
sous la responsabilité de l'architecte, maître d'oeuvre habilité à délivrer les visas !!
il y a environ 5 ans
·
#4573
0
Votes
Annuler
bonjour,

S'il doit assurer une mission de coordination des lots, ce n'est plus une mission de BIM Manager mais une mission de synthèse avec les responsabilités qui en incombe.


Avec la maîtrise et la complexité de la mise en place de l'outil, cette mission de synthèse risque naturellement de lui échoir.
A suivre...


Réponse :

Je suis absolument d'accord avec Christophe Koroma,
Si les outils et les paramètres de projets partagés sont biens mis en place dès le début, la mission de synthèse sera vouer à disparaître...
Donc la responsabilité restera à la MOE ou MOA... Mais entre vous et moi c'est souvent le MOE qui doit assumer pour son MOA....
il y a environ 1 an
·
#14040
0
Votes
Annuler
Salut à tous...

Je parle d'expérience perso...
Peu importe la théorie, faisons place à la pratique:
Si un ouvrage s'écroule et que l'ensemble de la MOE est condamnée "in solidum" (à payer de manière solidaire), personne n'est à l'abri... La priorité de la Justice est d'indemniser les victimes, ne l'oublions pas!
Même en sous-traitance, si votre client le décide il peut se retourner vers vous pour prendre une part des responsabilités, ce qui veut dire que vous n'êtes pas à l'abri!
A ma connaissance, aujourd'hui le seul moyen d'être vraiment assuré est d'être assuré pour les missions de BIM management spécifiquement, ce qu'offre la MAF (architectes) ou EuroMaf (Ingénieurs).
Je vous invite à faire attention, il faut se rappeler des cas de condamnation dans d'autres domaines qui n'ont épargné PERSONNE!
J'espère que nous pourrons bientôt exercer un peu plus sereinement, en attendant surtout faites attention à la rédaction de vos contrats en sous-traitance (surtout PAS DE CONCEPTION!), et à vous assurer avec une assurance qui couvre le métier spécifique si vous êtes en co-traitance!

J'ai quelques exemples spécifiques, mais je ne veux pas calomnier...

FG Perraudin
il y a environ 1 an
·
#14151
0
Votes
Annuler
Bonjour,

Je me permet d'ajouter mon expérience.BIM Manager depuis 5 ans, j'ai expérimenté différents rôles et différentes organisations contractuelles ( BE externe, interne, MOE conception realisation, AMO BIM etc.) et dans différentes sociétés


Au niveau légal ( loi MOP), nous n'avons aucune responsabilité, notre métier n'existe pas (encore), sauf si le rôle de BIM Manager est pris par un intervenant qui a un role.
ex: un cabinet d'architecture avec le role de BIM Manager conservera évidemment ses obligations d'architecte.
Un BE synthèse avec le role de BIM Manager conserve ses obligations vis à vis de la synthèse etc.



Par contre, nous avons un rôle vis à vis de notre client ( MOA/MOE/ un BE etc.) celui-ci dépend donc de notre contrat. Celui-ci doit donc être précis sur les responsabilités pris en charge par le BIM Manager.

Etant donné que je considère mon travail comme un processus qualité, mon travail ainsi que les contrats sont fait dans ce sens. J'ai donc une obligation de moyen ou de conseil. Concernant les résultats, faire participer le client permet d'éviter beaucoup d'eccueils ( cf. méthode Agile).


ex: Si je vois une aberration technique ou architecturale ex: un clash/ une pièce sans porte/ etc. Mon rôle est de l'indiquer mais si le responsable (MOA ou MOE) persiste, il a le dernier mot.
Si un intervenant persiste à ne veut pas accepter mes demandes de correction, je l'indique à mon responsable ( MOA, MOE, responsable interne etc.), lui décide et éventuellement sanctionne.


Donc d'un point de vue assurance, je pense que la responsabilité est limitée.


Cas particulier:
- lors d'appel d'offre, une décennale peut être demandé par la MOA, dans ce cas, nous faisons porté le contrat par une structure qui en a une et dans ce cas, le BE BIM est un sous traitant.

-non livraison des livrables ex: compilations, convention, audits, formations, etc. Si des livrables sont demandés dans le contrat, ils sont bien sûr dus.

Cordialement,
il y a environ 1 an
·
#14201
0
Votes
Annuler

Si les outils et les paramètres de projets partagés sont biens mis en place dès le début, la mission de synthèse sera voué à disparaître...


Il ne faut pas faire l'amalgame entre une synthèse technique et du BIM management. La détection de clash est un outil au service de la synthèse mais elle est très limitée. Elle permet de dégrossir les approches géométriques seulement. La synthèse technique englobe de nombreux autres points qui ne peuvent pas être gérés à ce jour par l'outil : respect des écarts/ségrégation des systèmes, possibilité de pose et de retrait des équipements, ergonomie d'intervention, respect des circulations, règles de sécurité d'emménagement, etc.

C'est une fonction qui demande une expérience métier importante et un management spécifique loin du BIM management.
Pour être efficace, le BIM doit être intégré dans une cellule de synthèse (Archi ou BE) et au service de cette dernière mais il doit limiter son champ d'action au respect des flow d'échanges, au maintien de la qualité de la data ainsi que sa disponibilité aux acteurs, au reporting numérique mais ne pas prétendre remplacer ou empiéter sur la synthèse technique.

Celle-ci n'est pas prête à disparaitre au risque de faire perdre les projets en qualité.
il y a 2 semaines
·
#16894
0
Votes
Annuler
Bonjour.
Si je ne m'abuse la loi MOP à était remplacée par le Code de la commande publique :
https://www.legifrance.gouv.fr/codes/texte_lc/LEGITEXT000037701019/
Et après une recherche "BIM" dans les 508 pages => 0 résultats ! : ?
Cette discussion ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !

Découvrez nos services

recrutement

Recrutement

En savoir plus

communication

Communication

En savoir plus

Publicité

Formation

En savoir plus

Hexabim

Se connecter