Un collègue à inviter ?

2 minutes de temps de lecture (483 mots)

SIG, Asset Management et BIM - Réflexions

banniere-sig-bim-asset-management

Certaines études démontrent que 85% du coût d'un bâti est post construction, pourquoi ne pas intégrer cette donnée dans les process actuels ? On sait quand on élabore un processus BIM , on « convoque » en réunion plénière les acteurs principaux, Archi, ingénieurs, etc, mais pas d'ASSET. Pourquoi ?

En effet les donneurs d'ordres n'ont à mon avis qu'une vision (et ce n'est pas les seuls) restreinte de ce que l'on faire avec la maquette. Cela s'améliore avec la RV, et encore.

Un projet s'inscrit dans un environnent, SIG, pourquoi, alors que les solutions existent on ne l'exploite pas ou peu. Pourtant la directive INSPIRE, approuvée par le Conseil des ministres de l'Union européenne et par le Parlement européen puis publiée au Journal officiel des Communautés européennes (JOCE) le 25 avril 2007, est entrée en vigueur le 15 mai 2007. Elle vise à favoriser l'échange des données au sein de la Communauté européenne dans le domaine de l'environnement pris dans un sens large. , cela pourrait permettre d'avoir entre autre les secours qui viennent asap, pompier gaz etc.


Elle crée plusieurs obligations :

  1. la fourniture des données selon des règles de mise en oeuvre communes ;
  2. la constitution de catalogues de données (métadonnées) ;
  3. l'application de règles d'interopérabilité ;
  4. l'accès gratuit aux métadonnées ;
  5. l'accès aux données pour les acteurs réalisant une mission rentrant dans le cadre d'INSPIRE ;
  6. les services pour permettre ces accès ;
  7. l'existence d'une organisation adaptée pour s'assurer de la bonne mise en ?uvre de la directive.

La directive regroupe ces obligations sous le vocable « Infrastructure de données géographiques ».

Ceci est la base, que peu respectée et c'est dommage, car quand on parle d'ASSET, couplé avec de la réalité virtuelle avancée cela pourrait entre autre sauver des vies en intervenant plus rapidement, plus efficacement.

Pourquoi ne pas aller plus loin ? Pourquoi ne pas voir après la construction ? intégration des besoins futurs de l'ASSET ? Évolution du bâti, entretien, réhab ?

A mon sens il faut intégrer l'Asset dans le process BIM dès la phase AVP.

En phase DCE, intégrer leur besoin, puis leur process, (lien URL vers les prestataires par ex). Ce qui pourrait donner en phase d'exploitation, des alertes automatiques, du genre, RIA r+2 à revoir, peintures du rdc à prévoir dans 1 ans => définition de budget.. etc.

Si l'on pousse le bouchon plus loin, on « pourrait » imaginer avec la RVA ou Réalité virtuelle intrusive ( on y est presque) lors de sinistres ou problèmes, une visite intra muros sur site avec tout les éléments in situ, CVC, élec, Armature etc.

Il me semble qu'il faille accentuer cette donnée pour les donneurs d'ordres. De plus, cela offre des perspectives pour les BE, à savoir la mise à jour perpétuelle des maquettes du bâti, avec la technologie des scans, pourvoir implémenter de nouvelles données dans la maquette !


Laurent Morisseau

Consultant & BIM Manager
Profil HEXABIM - Linkedin


Image de la couverture (c) paxos.com


Envoyer cet article à
quelqu'un ?
Merci de saisir son adresse e-mail pour lui envoyer l'article.
(Aucun e-mail ne sera envoyé en dehors de cette invitation)



1
Visualiser et exploiter les données de votre maque...
BIM World 2018 : maturité, nouveautés et tendances...
 

Commentaires (1)

  1. Ghaleb ENNINE

Merci pour cet article intéressant

  Pièces jointes
Vous n'avez pas la permission de voir les pièces jointes
 
Pas de commentaires pour l'instant, soyez le premier à commenter !

Ajouter un commentaire

(Mode invité)
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement

S'abonner au journal du BIM

0
Partages
Ce site utilise des cookies. En continuant à parcourir le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.

Nous-rejoindre ultérieurement ?