Spécial BIM Canada : adoption, Open BIM, projets et BIM Track la plateforme collaborative avec Jimmy PLANTE

bim-canada-jimmy-plante-v2

Aujourd'hui le Canada est à l'honneur sur HEXABIM, nous avons le plaisir de recevoir Jimmy PLANTE, un passionné avant qu'il soit un spécialiste BIM, président de la firme Canadienne BIM One au Québec, informaticien à la base converti vers le domaine de la construction et le BIM notamment, il a lancé BIM Track en 2016 avec Carl Veillette, une plateforme collaborative qui a eu un investissement financier par WSP Global inc, l'une des plus importantes firmes d'ingénierie dans le monde.

C'est avec énormément de plaisir que j'ai échangé avec lui par vision-conférence depuis ses locaux à Montréal ! Il va nous parler de son parcours, la création des deux compagnies BIM One et BIM Track, du BIM au Québec actuellement, de l'open BIM et l'IFC, également les projets sur lequel il a pu travailler et d'autres sujets !

 

Bonjour Jimmy, vous êtes spécialiste des technologies BIM, pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

Bonjour HEXABIM ! Contrairement à la plupart des experts BIM ayant un parcours académique au niveau de la construction, j’ai étudié en informatique et en administration. J’ai terminé en 2007 mon baccalauréat en science informatique (Équivalent d’une licence en France) et mon MBA en 2014. Toutefois, j’ai débuté ma carrière chez Groupe Canam Inc., l’un des plus grands manufacturiers de structures d’acier en Amérique. Groupe Canam utilisait, déjà à l’époque, des logiciels BIM tels Revit et Tekla. Mon rôle était de développer des applications reliant ces différents logiciels à leurs systèmes de calcul d’ingénierie, c’est alors que j’ai été introduit au BIM.

J’ai donc été développeur logiciel pendant quelques années puis chargé des développements informatiques reliés aux technologies BIM pour finalement faire partie d’une petite équipe d’amélioration continue mandatée par la haute direction. Cette aventure chez Groupe Canam m’a permis d’apprendre et de comprendre l’industrie de la construction. Une aventure formidable qui a duré 7 ans !

 

Au Québec, comment était l’adoption globale du BIM et quel est l’état de développement aujourd’hui par rapport aux autres pays comme les USA et la France ?

Au Canada, la construction est segmentée par province et les impacts de ceci se font ressentir au niveau du BIM et on sent bien que des initiatives dans une province ne se propagent pas nécessairement aux autres. Ceci dit, nous avons constaté une forte poussée BIM au Québec et en Ontario dans les deux dernières années. L’Alberta et la Colombie Britannique suit de très près. On voit de plus en plus d’entrepreneurs et de consultants qui décident de faire le virage même si les donneurs d’ouvrages ne l’exigent pas encore de façon répandue. Ceci dit, le plus gros donneur d’ouvrage public, la Société Québécoise d’Infrastructure, fait figure de leader en imposant le BIM sur la majorité de ces projets d’infrastructures importants et nous avons constaté l’impact de ceci rapidement dans le marché.

 

Vous avez fondé BIM One et BIM Track avec Carl Veillette, pourriez-vous nous parler de cette aventure et de ces deux startups ?

Lors de ma dernière session de MBA en 2013, nous devions développer un modèle d’affaire pour démarrer une entreprise à forte croissance. C’est à ce moment que j’ai décidé, avec l’aide de 4 autres étudiants au MBA et Carl Veillette, de développer un modèle d’affaire avec un potentiel de forte croissance. Nous avons présenté le projet et obtenue A+, le seul A+ du groupe. Une semaine après, le 23 décembre 2013, Carl et moi incorporions la compagnie !

BIM One a toujours eu à cœur l’innovation. Dès le démarrage, l’entreprise offrait des services BIM (Tel de la formation, de l’implantation et de la gestion de projet) mais développait aussi des petites applications (addins) qui permettaient d’optimiser les façons de travailler. Ces applications et les compétences que nous avions développées ont fait en sorte que nos services ont rapidement pris de l’ampleur au Québec. Quelques mois après le démarrage de l’entreprise nous avons obtenu un des plus gros mandats de Gestion BIM Principal au Québec, soit celui pour l’extension de l’aéroport international Jean-Lesage de Québec.

Un peu plus tard, au printemps 2015, nous avions le mandat d’optimiser le processus de coordination d’un de nos clients. C’est durant cette analyse, que nous avons constaté qu’il y avait une énorme déficience lorsque venait le temps de coordonner les différents problèmes détectés sur les maquettes numériques 3D réalisées à partir de différents logiciels BIM. À ce moment, nous avons décidé d’engager 2 développeurs logiciels de plus afin de régler ce problème et d’être encore plus efficace au niveau de la coordination 3D. Nous avons présenté cette application à quelqu’un de nos clients et la réponse fut très positive ce qui nous envoyait le signal qu’il y avait une opportunité à commercialiser le produit. Nous avons donc décidé de nommer le produit BIM Track et de financer la commercialisation de la version 1.0. C’est en avril 2016 que la première version commerciale de BIM Track a été lancée.

Aujourd’hui, un peu plus de 3 ans après le démarrage de l’entreprise, nous sommes fiers de dire que BIM One est une entreprise de 26 employés et qui devrait dépasser les 40 employés d’ici 12 mois. BIM Track est vendu dans plus de 20 pays et connait une croissance exponentielle mois après mois.

 

Sur quels types de projets travaillez-vous chez BIM One ? Pourriez-vous nous citer quelques-uns ?

Au Québec, BIM One est la firme de consultant BIM ayant réalisé le plus de projets en tant que gestionnaire BIM principal et est à ce titre en charge actuellement de certains projets pour la Société Québécoise des Infrastructures tels l’hôpital Fleurimont de Sherbrooke (110M$) et de l’institut de cardiologie de Montréal (100M$). Nous sommes aussi les Gestionnaire BIM Principal sur la plus haute tour canadienne à l’est de Toronto, nommé « Le Phare » (650M$), pour le groupe Dallaire ainsi que l’Agrandissement et le réaménagement de l’aérogare YQB2018 (277M$), et du complexe des sciences de l’Université de Montréal (350M$).

 

En plus des mandats en Gestion BIM, BIM One a des mandats d’implantation dans tous les types d’entreprises de l’industrie de la construction ; de la petite firme d’architecture aux entrepreneur généraux passant par des manufacturiers et des firmes de génies-conseils. Ces mandats consistent principalement à rédiger des plans de transition/déploiement, donner de la formation, à aider au niveau du développement de contenu et de standards et à accompagner le client lors de ses premiers projets BIM afin d’assurer un succès sur le projet mais aussi au niveau de la transition vers des processus numériques.

(Aéroport international de Québec - yqb2018.com)

 

Quelles sont les principales utilités et fonctionnalités de votre plateforme collaborative BIM Track et pourquoi les spécialistes du BIM devraient la considérer plus que d’autres plateformes ?

BIM Track optimise le processus de coordination des maquettes numériques 3D. En quelques clics vous êtes en mesure d’échanger, entre les différents logiciels, des communications (problèmes, incohérences, non-conformités, etc.) reliées de façon spatiale à la maquette 3D ce qui permet de consulter leur évolution peu importe la version de la maquette utilisée. Il est donc extrêmement facile de retrouver un problème sur une maquette peu importe le logiciel que vous utilisez et d’en faire la correction. Toutes ces informations sont centralisées sur le web, ils vous permettent donc d’extraire des rapports de coordination du projet afin de le remettre aux différents intervenants. De plus, en octobre prochain la version officielle de notre « 3D Viewer » sera disponible. Celle-ci vous permettra de visualiser et de manipuler les maquettes numériques directement à partir d’un navigateur web. Vous serez en mesure d’effectuer des coupes, mesurer, communiquer des questions, sauvegarder des vues, et bien plus encore. Nous avons un lot de surprises à venir pour l’industrie qui va révolutionner la manière dont les projets sont coordonnés.

 

Quels sont les solutions et logiciels BIM les plus utilisées dans les projets que héberge votre plateforme ?

Selon des analyses que nous avons faites récemment, nos clients utilisent beaucoup de logiciels. Toutefois, certains « pattern » sont observés. Ici, en Amérique du Nord, nous retrouvons majoritairement le pattern « Revit-BIMTrack-Navisworks ». En Europe, le tout est assez partagé entre ce « pattern » et celui ou Navisworks est remplacé par Solibri. Maintenant, du côté des manufacturiers de structure, nous retrouvons Tekla Structures dans le processus. C’est pourquoi nous mettons à profit les standards ouverts afin d’être en mesure de communiquer avec le plus de logiciels possibles.

 

Comme vous le savez, l’IFC est le cœur de l’Open BIM et du travail collaboratif, avez-vous réussi à optimiser les échanges de données et de maquettes numériques via ce format ? Sans pertes ou redondances de données ?

Définitivement, pour nous le support des formats ouverts est une preuve de notre engagement à connecter notre industrie fragmentée. BIM Track est fondé sur les format ouvert IFC et BCF c’est ce qui nous permet de coordonner des projets en toute transparence sans limiter les échanges entre les différents logiciels qui font partit des processus BIM de nos clients. Nous nous impliquons activement dans des organismes comme BuildingSmart afin de rester à l’affût des dernières tendances. À ce sujet, Carl Veillette sera au forum sur les standards de Building Smart à la fin octobre à Londres. N’hésitez pas à aller le rencontrer !

Nous croyons fortement aux standards ouverts et nous nous efforçons de conserver le plus grand niveau de compatibilité possible. Comme tout standard, il apporte des défis et nécessite de bien s’harmoniser avec celui-ci en plus de prendre en compte les différentes façons dont les autres manufacturiers de logiciels l’implémentent.

Notre travail sur la conversion de fichier IFC est sans cesse en évolution et nous mettons en œuvre les moyens pour que l’expérience utilisateur soit la plus agréable possible. Ce qui est certain c’est que nous continuons de développer autour de ce format de fichier ouvert.

 

BIM Track a franchi récemment une étape importante de son développement, vous avez conclu un accord d’investissement financier substantiel avec WSP Global inc, l'une des plus importantes firmes d'ingénierie dans le monde, pourriez-vous en dire un peu plus ?

Effectivement, suite au lancement de BIM Track en avril 2016, la demande était tellement forte que nous avons débuté le démarchage pour obtenir un financement majeur en capital de risque afin de supporter le développement du produit et accélérer la commercialisation. Après quelques mois de démarchage et une bonne planification pour les prochaines années, WSP Global a décidé d’investir dans BIM One afin de soutenir cette croissance et nous en sommes très heureux. En plus d’injecter du capital dans l’entreprise, WSP Global mets son réseau d’affaires à notre disposition ce qui est fortement apprécié afin d’accélérer notre déploiement mondial.

 

Quels sont vos axes de développement futurs chez BIM One et BIM Track ?

On ne s’en cache pas, Carl et moi-même visons une forte croissance pour l’entreprise. La division services-conseils de BIM One continuera à prendre de l’ampleur au Québec mais aussi ailleurs au Canada et éventuellement à l’international. Nous continuerons, comme nous le faisions au tout début, à innover afin d’être les plus efficaces sur le marché. La synergie entre nos consultants BIM et notre équipe d’ingénierie logicielle nous démarque de la compétition, car nous rendons l’impossible, possible, en développement des technologies adaptées pour l’industrie.

Pour ce qui est de BIM Track, nous développons le futur sous 4 grands axes :

  1. Simplicité : Nous le savons tous, le BIM collaboratif est prometteur, mais connait encore beaucoup de résistance sur le marché. C’est pourquoi l’équipe de BIM Track s’efforce à rendre la plateforme la plus simple « user-friendly » possible afin de minimiser la résistance. Nous comptons le nombre de « clics », par exemple, afin d’effectuer des actions afin d’optimiser l’interface pour les opérations de nos utilisateurs. Nous effectuons une veille des tendances pour le « Design Web » et l’expérience utilisateur. En moins de 5 minutes, un administrateur est en mesure de configurer son projet et débuter l’utilisation de la plateforme.
  2. Accessibilité : Nous désirons rendre les maquettes numériques plus accessibles et démocratiser le BIM. En général le BIM est considéré comme une affaire de « spécialistes ». En fait, les concepts entourant le BIM sont très utiles à toutes les parties prenantes du projet, dont les gestionnaires de projets chez les professionnels ou chez le client. En démocratisant l’accès au BIM, on facilite l’adhésion et la compréhension des méthodes utilisées et au final on ne peut que faire de meilleurs projets.
  3. Connectivité : La connectivité est au cœur même de la plateforme. BIM Track offre des connecteurs bi-directionnel (Addins) pour Revit, Navisworks et Tekla structures. D’ici quelques mois, nous aurons un connecteur pour Solibri et d’autres logiciels tels que ArchiCAD suivront. Nous respectons aussi les standards ouverts développés par BuildingSmart International afin d’assurer une bonne connectivité avec les différents logiciels BIM tel que le BCF rest API. De plus, nous avons lancé il y a quelques mois notre API (en version BETA) qui offre à tous de développer leurs propres connecteurs à BIM Track. Depuis le lancement en BETA, une dizaine d’entreprises ont débuté le développement d’un connecteur avec leurs logiciels.
  4. Sécurité : La sécurité de l’information est un axe très important pour BIM Track. Nous comprenons à quels points les données des maquettes numériques sont importantes pour nos clients, c’est pourquoi nous effectuons régulièrement des tests d’intrusions sur notre plateforme. Nous sommes présentement dans un processus afin d’obtenir deux certifications soit ISO27001 et Cyber Essentiel Plus.

 

Merci Jimmy d'avoir accepté notre invitation et venir nous parler de tous ces projets passionnants, un dernier mot ?

Venez nous parler ! Nous sommes des passionnés du BIM tout comme vous ! Partageons notre passion !

 


Liens divers :



Notez cet article:
3
Découvrez ces 17 événements BIM pour ce mois d'oct...
4 événements BIM à venir en Suisse (Lausanne, Genè...

Articles en relation :

 

Commentaires (0)

Pas de commentaires pour l'instant, soyez le premier à commenter !

Ajouter un commentaire

(Mode invité)
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
0
Partages
Ce site utilise des cookies. En continuant à parcourir le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.

Nous-rejoindre ultérieurement ?